05242022Headline:

Burkina Faso : Mineurs piégés, les familles “gardent espoir”

Les recherches se poursuivent pour retrouver les mineurs coincés sous terre depuis plus de trois semaines dans la mine de Perkoa, à l’ouest de Ouagadougou, au Burkina Faso “avec des lueurs d’espoir d’atteindre dans quelques heures la chambre de refuge située au niveau 580”, indique un communiqué du gouvernement burkinabè publié lundi.
De violents orages ont déclenché une inondation soudaine le 16 avril dernier, provoquant la suspension des opérations dans la mine exploitée par la compagnie canadienne Trevali Mining, située à environ 100km de la capitale Ouagadougou.

“Au début, on a senti une négligence du côté de la mine. Le travail n’avançait pas et nous étions donc obligés de lever le ton. Nous avons interpellé l’autorité et c’est ça qui a fait bouger un peu les lignes. Nous ressentons également que les choses commencent à bouger un peu”, a déclaré Antoine Bama, le frère de l’un des mineurs encore coincés.

Charles Bama, 46 ans, est l’un des huit mineurs qui se trouveraient à environ 550 mètres sous la surface.

Il a déclaré à la BBC que si la logistique de secours a mis du temps à se mettre en place, aujourd’hui il dit garder espoir que les travailleurs soient retrouvés sains et saufs.

“Au début c’était un peu lent quand même parce qu’il n’y avait pas suffisamment de matériel et avec l’appui des autorités, ils ont augmenté les capacités de pompage. Moi-même je suis descendu dans la mine jusqu’au niveau où se trouve l’eau et j’ai vu que les choses évoluent très positivement”.

“Nous gardons espoir”, a-t-il ajouté Antoine Bama qui s’exprime également en tant que porte-parole des familles des victimes.

Selon les derniers éléments récoltés auprès des secouristes, de nouvelles machines sont arrivées pour accélérer le pompage de l’eau “pour atteindre la chambre de refuge qui se trouve au niveau 580 “, a confirmé Antoine Bama.

Brenda Mwamba, épouse de Nune Ndonji, mineur zambien pris au piège, a déclaré à la radio BBC Focus on Africa que la communication concernant les opérations de sauvetage avait été épouvantable – et qu’il avait fallu cinq jours aux responsables de la mine au Burkina Faso pour la contacter directement en Zambie au sujet de ce qui se passait.

“Nous leur avons demandé les dimensions et la disposition de la mine, mais ils n’ont pas pu nous donner l’information”, a-t-elle déclaré.

Mais elle a dit qu’elle ne pouvait pas perdre espoir pour son mari, qui a toujours répugné à inquiéter sa famille sur les dangers de son travail.

“J’ai tout mis entre les mains de Dieu. Mes espoirs sont toujours là.

L’espoir que les mineurs seraient parvenus à s’abriter dans l’une des chambres de la galerie souterraine et à s’alimenter fait vivre les familles et les proches.

“Dans une mine, il y a des galeries avec des chambres aménagées pour que les mineurs puissent s’y réfugier en cas de danger. Elles sont dotées de commodités comme de la nourriture et de l’aération pour pouvoir y vivre pendant deux semaines”, a expliqué Simon Gongo, le correspondant de la BBC à Ouagadougou.

Antoine Bama a indiqué que les mineurs coincés ont suffisamment de vivres pour l’instant.

“La mine nous a assuré qu’il y avait des vivres. On leur a demandé : ‘C’est quel genre de vivres ?’ Ils ont dit que ce sont des vivres qui ne peuvent pas se détériorer trop rapidement, notamment du sucre, de l’eau, des biscuits, des chocolats”.

Bassolma Bazié, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la protection sociale, a dit qu’il y a beaucoup d’espoir à avoir

Il reste 11 mètres d’eau pour joindre la chambre de refuge, a fait savoir le ministre des mines et des carrières Jean Alphonse Somé.

“Il y a encore une galerie qui contient énormément d’eau et cette galerie est importante et immense”, a-t-il précisé. Ajoutant : “Cette situation ralentit quelque peu les opérations d’évacuation d’eau”.

Le Directeur général de la mine a rassuré la semaine dernière que “le dispositif d’aération de la chambre de refuge là où pourraient se trouver les travailleurs fonctionne normalement”.

Toutefois, il est impossible de déterminer si les hommes ont eu le temps de se réfugier dans cette chambre car il n’y a toujours aucun moyen de commutation avec l’intérieur et “il n’y a eu aucun signe de vie depuis l’incident il y a trois semaines”, constate Simon Gongo.

Plus de 24 pompes électriques et diesel ont été installées pour pomper l’eau

Selon les familles, 125 millimètres de pluie sont tombés en moins d’une heure.

L’eau a pénétré dans la mine et a coupé l’électricité et les communications.

D’autre part, les familles ont dénoncé la lenteur des opérations et l’absence de communication avec les autorités de la mine, appelant le gouvernement à la mobilisation.

Aujourd’hui, le gouvernement estime que les travailleurs peuvent encore être retrouvés sains et saufs si la mission de sauvetage s’accélère.

Une cellule de crise a été mise en place pour accélérer les recherches et retrouver tous les mineurs
Une cellule de crise a été mise en place pour accélérer les recherches et retrouver tous les mineurs

“Je pense qu’il y a beaucoup d’espoir à avoir” a déclaré Bassolma Bazié, le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale burkinabè.

Lionel Bilgo, porte-parole du gouvernement, a indiqué vendredi à l’issue du conseil des ministres qu’une cellule de crise a été mise en place pour accélérer les recherches et retrouver tous les mineurs, dont six Burkinabè, un Tanzanien et un Zambien.

Des équipements spécialisés ont été acheminés du Ghana et d’Afrique du Sud pour renforcer le dispositif de pompage électrique des eaux d’inondation dans les galeries de mine, a indiqué le gouvernement soulignant “l’appui des autres compagnies minières du Burkina Faso venues en aide pour retrouver les travailleurs bloqués”.

Le PDG de Trevali, Ricus Grimbeek, a déclaré que l’entreprise travaillait en étroite collaboration avec tous les niveaux du gouvernement et appréciait son soutien.

“Nous saluons la décision du gouvernement de déplacer son comité de gestion de crise plus près du site de la mine afin de mieux inclure les membres des familles des travailleurs disparus et de faciliter une collaboration plus étroite alors que nous travaillons rapidement à la localisation des personnes disparues”, a-t-il déclaré dans un communiqué. publié en anglais sur le site internet de Tevali.

Pendant les opérations de sauvetage, une rampe d’accès à la mine a été reconstruite, et 5 000 mètres de nouveaux tuyaux ainsi que plus de 24 pompes électriques et diesel ont été installés, selon Trevali.

Le gouvernement du Burkina Faso a ouvert une enquête judiciaire sur l’incident, tandis que les opérations de sauvetage se poursuivent.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles