01182022Headline:

Côte d’Ivoire/ Aéroport FHB : une centaine de travailleurs interdits d’accès à leurs postes de travail

L’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan est-il gravement en danger ? Les personnels naviguant ou au sol, les voyageurs, les infrastructures et les avions sont-ils menacés ? De gros risques planent sur cet aéroport, en cette période de menaces djihadistes sur la sous région ouest africaine. C’est ce qu’on pourrait croire après avoir écouté les confidences faites à Linfodrome, ce vendredi 6 août 2021 par des responsables du Syndicat national des agents de sécurité aéroportuaire de Côte d’Ivoire (Synasa-ci).

« Depuis mercredi 4 août 2021, une centaine de travailleurs ont été interdits d’accès à leurs postes de travail pour avoir porté des bandeaux rouge en guise de protestation syndicale. Actuellement, les autres travailleurs ont été réorganisés en seulement 2 équipes de 22 personnes et contraints de travailler 12 heures par jour. C’est suicidaire pour ces camarades et extrêmement dangereux pour la Côte d’Ivoire. Normalement, nous sommes constitués en 4 équipes de 40 agents. La Côte d’Ivoire est en danger », ont-ils prévenu.

Nos hôtes ont attiré l’attention des autorités du pays sur ces gros risques, en cette période très sensible marquée par la menace terroriste. « Qui plus est, nous sommes dans le week-end de l’indépendance, et il y aura affluence », ont-ils fait observer.

A l’origine de cette situation, une manifestation syndicale pacifique de port d’un bandeau rouge. « Plus de 90 % des agents qui ont été mis à l’écart sont les membres du syndicat. Et, cette affaire remonte à décembre 2020. Nous avions adressé à la Direction générale une note contenant nos revendications visant l’amélioration de nos conditions de vie et de travail. Devant le refus de nos responsables de discuter, des bons offices avaient mené la médiation qui a connu un échec. Au sortir d’une assemblée générale extraordinaire, nous avons décidé de porter un bandeau rouge, en signe de protestation. Mais, le 2 août 2021, nous avons été approchés par le Directeur de cabinet du ministre des Transports qui nous a exhorté mettre fin à notre mouvement pour laisser une chance à la négociation. Un conseil qui a été favorablement accueilli. Nous nous sommes exécutés. Mais, contre toute attente, le mercredi 4 août à 8h, des responsables de l’entreprise ont donné lecture d’une liste d’agents admis à travailler. Les autres ont été invités à quitter les lieux », ont-ils expliqué.

De fait, les protocoles de sécurité ne sont plus efficaces. Une approche que ne partage pas du tout, l’autorité nationale en charge de la sûreté et de la sécurité de la plateforme aéroportuaire en Côte d’Ivoire. Silué Sinaly, Directeur général de l’Autorité nationale de l’aviation civile (Anac), joint par Linfodrome a battu en brèche ces assertions. « Le niveau de sécurité est bon et il est assuré. Ne vous inquiétez pas. Nous ne pouvons pas accepter que ça baisse. Pour ce qui est du contentieux, ils (les syndicalistes, ndlr) ont été reçus par le Directeur du cabinet du ministre des Transports, je vais me rapprocher de lui pour savoir ce qui a été arrêté », a-t-il rassuré.

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles