10162021Headline:

Côte d’Ivoire: le ministère veut faire de l’Université de Daloa, une Université réservée aux étudiants des séries scientifiques dans 4 ans

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique compte prendre une décision qui risque de créer d’énormes désagréments à Daloa.
L’université Jean Lorougnon Guedé, anciennement URES a vu le jour en 2013. Typiquement réservé aux filières d’agroforesteries, en 2013 de nouvelles filières ont vus le jour notamment la faculté d’histoire et géographie, la faculté de sociologie, anthropologie et la faculté de droit.

Cette année après les orientations des nouveaux bacheliers, les filières susmentionnées n’ont reçus aucun étudiants. La raison serait que le ministère veut retirer progressivement ses filières et faire de l’université de Daloa, une Université exclusivement réservée aux étudiants des séries scientifiques. Ainsi dans les 04 ans à venir ces filières n’existeront plus à Daloa.

Les enseignants tous comme les étudiants ne comprennent pas cette décision du ministère. Un enseignant d’histoire, récemment promus Maître de conférence au CAMES crie son indignation sur sa page Facebook. “Ils disent que nous avons quatre ans pour quitter l’université de Daloa. Comme destination, ils nous proposent trois Universités: UFHB, UAO et UPGC. C’est la raison pour laquelle, des étudiants n’ont pas été affectés en SSH et Sciences Juridiques.” avait il écrit sur sa page Facebook.
Joint au téléphone, un autre enseignant se dit être révolté par cette décision et affirme “En sciences humaines et sociales, nombreux de nos collègues ont été promus au rang de Maître de conférence, nous étions entrain de nous organiser pour l’ouverture d’une école doctorale à Daloa. Avec cette décision, si jamais elle est entériné, de nombreux rêves seront brisés”.

Des milliers d’étudiants seront donc obligés d’aller voir ailleurs. Combien d’entre eux auront le courage d’aller s’inscrire ailleurs ?

Pour rappel, l’université Jean Lorougnon Guedé de Daloa a fait 100% au CAMES. Une dizaine d’enseignants des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques ont été promus au grade supérieur dont 8 au rang de maîtres de conférences. Ils ont ainsi habilitation d’encadrer des étudiants en thèse.

Kauney Mustafa

Comments

comments

What Next?

Related Articles