05162021Headline:

Côte d’Ivoire: mort à HMA de l’assaillant qui avait été gravement blessé lors de l’attaque du camp militaire

L’assaillant qui avait été gravement blessé, lors de l’attaque du camp militaire de N’Dotré, et qui avait été fait prisonnier, est mort à l’Hôpital militaire d’Abidjan (HMA). Il n’a pas pu survivre à ses blessures.
L’on l’avait vu sur des images, en train de recevoir des soins, dans l’ambulance médicalisée de l’armée, qui l’a conduit, sous forte surveillance, à l’hôpital militaire, le 20 avril 2021, jour de l’attaque. Il avait déjà perdu beaucoup de sang, quand la situation s’est normalisée et qu’il a été conduit à l’hôpital.

Attaque de N'Dotré: l'assaillant blessé fait prisonnier, est mort à  l'hôpital | Actualité Ivoire - Infos

Les trois autres assaillants tués répondaient, selon des documents trouvés sur eux, qui ne sont pas forcément vrais, Bedel Rikens né le 11 mai 1978 à Happer au Libéria, Kana Djimi né le 26 décembre 1975 au Libéria et Gnekpa Mani Valentin né en 1976 à Tabou. Les deux premiers sont des Libériens, le troisième est un Ivoirien.
« Le quatrième assaillant n’a pas été identifié parce qu’il n’a pas de pièce. Je tiens à préciser que nous avons eu sur le champ de bataille trois morts. Le quatrième assaillant a été blessé, nous avons eu le temps même au niveau de l’enquête de l’interroger », a révélé Ange Kessy Kouamé. Le commissaire du gouvernement a révélé qu’il a commencé à parler, avant sa mort. « Je ne peux pas vous dire ce qu’il a dit. Je peux vous répondre que nous avons saisi des armes. Des armes blanches comme des armes létales ».

Précisant que les enquêteurs avaient « eu seulement cinq minutes de communication avec lui. Parce que lorsqu’il est arrivé à l’hôpital à HMA, les enquêteurs se sont rendus à l’hôpital malheureusement il a succombé à ses blessures. Il n’a pas pu parler. On a eu 10 à 15 minutes, avec lui. Mais nous avons eu, au cours de ces 10 à 15 minutes beaucoup de choses que je ne peux pas vous révéler maintenant parce que l’enquête continue ».

Le procureur militaire déclare : « Ce que vous devez savoir, c’est que nous avons récupéré des portables. Les militaires qui ont procédé à des ratissages ont récupéré des armes, les enquêteurs eux ont récupéré des portables sur les corps ». Ajoutant, lors de son interview en direct sur la RTI : « Ce que j’ai à vous révéler, c’est qu’au moment où on prenait les corps, les portables qui appartenaient à des assaillants crépitaient et les numéros qui sortaient de ces portables étaient en provenance du Libéria. Ce sont des numéros du Libéria ».

actualiteivoire.info

Comments

comments

What Next?

Related Articles