01212022Headline:

Korhogo : le phénomène “Besséton” la présidente du conseil national des droits de l’homme (CNDH) réagit

Namizata Sanagré, présidente du CNDH révèle et interpelle sur la recrudescence de la violence juvénile dans le chef-lieu de la région du Poro (Korhogo), appelée “BESSÉTON”.

Après le phénomène des “Microbes” qui sévit dans la métropole abidjanaise, un autre fléau se la région du poro. Il s’agit des jeunes appelés ” BESSÉTON”. Cette alerte vient de Namizata Sangaré, la présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) dans une déclaration faite devant le sénat et qui expose cet autre nouveau phénomène transfuge des “Microbes”.

“Je voudrais partager avec vous des cas de violences de jeunes symptomatiques du phénomène observés dans quelques régions du pays. Le phénomène “Besséton” dans le chef-lieu de la région du Poro (Korhogo).

Le « BESSETON » est une expression provenant de la langue malinké et qui signifie « association » ou « groupe » de jeunes avec des « bessé » (machettes).

Le « BESSETON » regroupe des adolescents agressifs, ayant comme arme d’attaque la machette. Ils s’adonnent au vol à la tire ou à l’arrachée et à la destruction de vies. Ils sont des vecteurs de la violence et portent atteinte à l’intégrité physique de l’être humain et favorisent l’instauration du gangstérisme dans la cité du PORO.”, annonce le journaliste tout en indiquant la source d’où cette actualité résulte à savoir le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) par sa présidente dans un extrait de son discours met en vue cet autre phénomène qui envenime le nord de la Côte d’Ivoire, principalement la ville de Korhogo.

“Le CNDH a documenté une recrudescence multiforme de la violence juvénile dans plusieurs régions. La résurgence et les nouvelles manifestations de ce fléau qui transcendent désormais les grandes métropoles alertent sur l’avenir de notre jeunesse, les droits des populations à vivre dans la sécurité, la paix et la tranquillité.”, avertit-il, avant de dévoiler la provenance de ces jeunes.

“Ces jeunes pour la plupart, proviennent des quartiers comme DELAFOSSE, HAOUSSABOUGOU, KOKO. Aujourd’hui, d’autres quartiers comme PETIT PARIS, SOBA, DEM sont entrés dans la « violence des machettes” », mentionne le journaliste en mettant en avant les propos du discours de la présidente du CNDH.

Ivoir’Soir.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles