01182022Headline:

Côte d’Ivoire/ 09 novembre 2020 – 09 novembre 2021 : Mbatto pleure ses fils morts lors de la désobéissance civile

09 novembre 2020 – 09 novembre 2021, un an jour pour jour, la population de Mbatto, ville du centre-est de la Côte d’Ivoire dans la région du Moronou vivait la plus grosse crise de son histoire. Cette localité du pays tente de laisser derrière elle de mauvais souvenirs de la crise post-électorale de 2020 dénonçant un troisième mandat de l’actuel président ivoirien, Son excellence le Président Alassane OUATTARA élu en octobre dernier en pleine désobéissance civile lancée par l’opposition dirigée par Henri Konan Bédié. Pour le repos de l’âme des disparus, une cérémonie commémorative a été organisé. Pour marquer ce douloureux passé, s’est tenue le 09 novembre 2021, à la place gravier de Mbatto, une cérémonie de prière en mémoire des regrettés.

“Ca fait un an que nous nous sommes battus. A cette heure-ci on entendait que le crépitement des armes et les cris des personnes en détresses. Je voudrais ici m’incliner devant la mémoire de ceux qui nous ont quittés, exprimer toute ma compassion aux blessés physiques et psychologique Certains d’entre eux seront marqués à vies”, a dit le préfet du département Mr BINATE LASSINA.

Poursuivant, le préfet départemental a exhorté au pardon et la paix et à la cohésion sociale . “Je voudrais inviter les uns et les autres à la paix. On ne peut rien faire dans l’adversité,” a t-il conclu.

A son tour, le responsable de la Cellule CIVILE ET MILITAIRE a instruit la jeunesse sur la nécessité du pardon, la cohésion sociale et la paix dans une localité théâtre de sanglants affrontements entre ses fils.
“(…) notre localité s’illustrait négativement par une crise intercommunautaire. Les enfants d’une même famille s’entretuaient à l’arme lourde. Oui des enfants d’une même famille car la région du moronou plus particulièrement le département de m’batto constitue pour ses habitants notre identité, notre culture, notre trésor pour les uns et notre lieu de travail pour les autres. Nous y avons nos amis, nos frères, nos familles. Qu’avons-nous gagner dans cette guerre ? Absolument rien, nous avons perdu des êtres chers et surtout beaucoup de bien. (…) surtout chers amis jeunes, je voudrais à cet instant vous invité au vrai combat, le combat pour le pardon et la réconciliation, le combat pour ramener la cohésion sociale vraie, le combat pour l’es respect des autorités et des aînés, le combat pour le respect de la différence, le combat pour le travail et le combat pour la paix” a t-il ajouté.

MME AKA VERONIQUE, pour adoucir les mœurs, a fait référence à la Bible, félicité l’ensemble des acteurs favorables à ce retour au calme et la paix dans le village, et encouragé au vivre ensemble. “Les saintes écritures nous enseignent le chemin de la vie ; que faire en cas de tension, de confit ? « si ton frère vient a t’offense, reprends-le ; et s’il se repent, pardonne lui « Luc 17, versé 13. A toutes celles et tous ceux qui ont tant souffert de ces évènements douloureux, toute ma compassion et ma solidarité.” (…) avant qu’il ne soit trop tard, c’est ici le lieu de remercier toutes les bonnes volontés qui ont contribué à gérer cette crise avec sérénité, patiente et courage. Les autorités politiques et militaires nationales, les autorités administratives locales particulièrement le corps préfectoral, le corps médical et les cadres se sont engagés avec détermination pour rechercher les solutions appropriées. L’ensembles de la population s’est également mobilisé pour ramener la paix menacée par le jeu d’esprit mal intentionnée. Leur volonté de retrouver la quiétude pour reprendre leurs activités a triomphé de tout. Les vénérables guides religieux et les honorables guides traditionnels ont soutenu cet élan collectif avec, respectivement leurs prières ferventes et leur ressource de sagesse. Aujourd’hui, il s’agit véritablement de conjurer le mauvais sort, de se pardonner les uns et les autres de na pas oublier mais d’aller de l’avant. Il faut faire de mbatto la cité de l’espérance et de l’entente fraternel comme nos pères l’ont fait hier. En effet, comment nos pères ont-ils pu vire si longtemps en harmonie sur cette terre d’hospitalité légendaire avec des échanges divers qui ont rendu possible notre vécu actuel ? Leurs intentions étaient pures et sincères, leur acte étaient vrais et authentique, ils craignaient Dieu et ils considéraient la personne humaine. La non violent était ola règle de vie en société avec le respect des ainés. Pour espérer reprendre et continuer notre vivre ensemble, en confiance et en sécurité, il nous faut utilement tirer les leçons de ces douloureux évènements. Soyons vigilants et prions encore plus tout en étant actifs pour renforcer les bases de notre cohésion sociale pour les jeunes et avec les jeunes hommes et femmes notre espoir, a t-elle déclaré.
“Le seigneur, notre Dieu unique et miséricordieux nous délivre de mal et nous invite toujours au rendez-vous de la solidarité et de la fraternité humaine. Si nous nous plaçons dans la crainte et l’amour de Dieu, nous pourrons réaliser des choses utiles pour la société, donc pour nous même et pour les autres”, a t-elle conclu .


Pour rappel, le 09 novembre 2020 de triste mémoire, dans le contexte de l’élection présidentielle, Mbatto et ses environs ont failli glisser vers l’irréparable. Des morts et des blessés ont été enregistrés.
A l’initiative de l’honorable AKA Véronique, Député de Mbatto/Assahara, et du préfet du département M ; BINATE Lassina ; il avait toutes les composantes de la population, les chefs traditionnels, les chefs religieux (Imam, pasteurs et prêtes). On notait aussi la présence des comités de règlement du litige et les comités de médiation (agni/dioula).


Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles