08162022Headline:

Côte d’Ivoire / 3ème mandat: Laurent Gbagbo dénonce un braquage

“J’étais à Bruxelles quand j’ai suivi le braquage”, sont les propos de l’ex président Laurent Gbagbo lors de sa rencontre avec son aîné, Henri Konan Bédié en sa résidence à Daoukro.

Les 10 et 11 juillet derniers, l’ex président ivoirien Laurent Gbagbo a rendu sa première visite après son retour en Côte d’Ivoire de depuis le 17 juin 2021, à , un homme politique de son pays. Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se sont rencontrés à Daoukro, “une rencontre historique” dira plusieurs journaux locaux. Face au monde entier, Laurent Gbagbo a tenu un discours hors du commun. Alors que la Côte d’Ivoire semble oublier les événements malheureux d’octobre 2020, l’acquitté de la CPI revient sur le sujet en dénonçant un braquage du pouvoir et de la Constitution.

“J’ai suivi l’actualité politique ivoirienne, comme le 3ème mandat. J’étais à Bruxelles quand j’ai suivi le braquage. Moi même j’ai appelé TV5, venez je vais vous parler parce que si je me tais pendant que ça boue en Côte d’Ivoire, et que je ne dis rien, ce sera une complicité de ma part, et il faut que je dise que je suis d’accord avec ceux qui luttent contre le 3ème mandat. C’est pour ça que j’avais appelé les journalistes et la télévision. Parce que si tu ne parles pas à un moment donné, tu es complice de ce qui se fait. Or je ne peux pas être complice de ça contre la Côte d’Ivoire,” a-t-il dit


“J’ai dit qu’il ne fallait pas un 3ème mandat, parce qu’en Afrique, on a un problème et un seul problème. Nous écrivons les textes, et puis on les froissé et on les jette. Un texte écrit est fait pour être respecté”, a-t-ajouté.

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles