01162021Headline:

Côte d’Ivoire: Les dernières instructions fermes du president Ouattara aux chefs militaires/ce qui leur a dit..

Alassane Ouattara ne fera pas de cadeaux à ses chefs militaires récemment nommés ! Des instructions fermes ont été donné par le chef de l’état ce jeudi, les ex chefs de guerre ont désormais pour mission de rétablir le calme au sein de leurs unités respectives ayant servi à la rébellion et à la crise post-électorale

D’après une source militaire, il sera toujours sur le pied de guerre ! La situation des ex combattants de Korhogo l’exige. Le président n’entend  pas baisser la garde.

Confronté à l’un des plus importants mouvements de contestation depuis le début de cette année 2017, Le président, Alassane Ouattara, semble dépassé par les événements. Confusion et hésitation marquent ses décisions, alors que des divergences commencent à paraitre au sein de son état-major des armées.

Alassane Ouattara aurait ordonné aux chefs militaires et ex chefs de guerre de calmer les éléments ayant servis sous leur commandement pendant la rébellion et la crise post-électorale, dont le non-paiement des primes a lancé la révolte.Il revient donc aux commandants de  zones Chérif Ousmane, Issiaka Ouattara (Ouattao), Mourou Ouattara, Zakaria Koné et Gaoussou Touré (Jah Gao) de descendre dans l’arène à l’effet de contenir toutes actions des mécontents qu’ils soient soldats ou démobilisés. Leur stratégie, apprend-on consiste à emmener les « durs » de l’ex rébellion armée  à coopérer et à renoncer à toute manifestation de rue et partant de paralysie du pays.

Quelques jours avant ces décisions, M. Ouattara avait pourtant fermement assuré que des dispositions étaient envisagées pour régler le problème .Sur le même ton, il avait sommé les manifestants de renoncer « immédiatement » à leur mouvement de grève et que son gouvernement trouverait également une solution au problème de matricule et mécano réclamé par certains démobilisés et qui a mis le feu aux poudres.

Au sein même de l’armée comme dans les rangs des démobilisés, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer la réaction disproportionnée des ex-chefs de guerre qui les avaient trahi au lendemain de l’accession du président Ouattara au pouvoir.

Pour ces flustrés, à entendre leur porte parole, sont déjà conscient du deal que les ex-chefs de guerre préparent avec certaines têtes biens connues de la rébellion, mais il n’est pas question de crier victoire parce qu’ils veillent au grain selon eux. “Qu’ils fassent tout ce qu’ils veulent mais notre argent, un point un trait » conclut cet autre chef des démobilisés

imatin

Comments

comments

What Next?

Related Articles