06272022Headline:

[EN DIRECT] 20 pays s’engagent à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine

Au 89e jour de l’invasion russe en Ukraine, ce lundi 23 mai, suivez en direct les dernières informations sur le conflit.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d’accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d’accueil.

Les points essentiels :

► Les sanctions de la communauté internationale contre Moscou « devraient être maximum », avec notamment « aucun commerce avec la Russie », a déclaré le président ukrainien lors d’un discours en visioconférence durant la réunion du Forum économique mondial à Dav

► Le premier soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie a été reconnu coupable et condamné à la prison à perpétuité lundi à Kiev.

► La loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine ont été prolongées de trois mois, jusqu’au 23 août.

► Vingt pays se sont engagés à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine pour faire face aux forces russes lors d’une réunion des alliés ce lundi.

► Les combats s’intensifient dans le Donbass, à l’est de l’Ukraine, le ministre de la Défense russe affirmant que la conquête de la région de Louhansk était presque achevée. Dans cette région, Sievierodonetsk et Lyssytchansk, désormais encerclées par les forces russes, constituent la dernière poche de résistance ukrainienne.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU), cliquez ici pour rafraîchir

18h07 : À Sievierodonetsk, une bataille-clé dans le Donbass pour la Russie

C’est une bataille cruciale qui est en train de se dérouler à Sievierodonetsk. Et la situation devient de plus en plus difficile selon le gouverneur de la région de Louhansk qui détaille que la ville est bombardée 24h sur 24. Dans cette enclave située à moins de 100 kilomètres de Louhansk, Sievierodonetsk est une ville industrielle qui comptait plus de 100 000 habitants avant le début de la guerre et qui est aujourd’hui l’une des dernières villes de cette région sous contrôle ukrainien, Moscou concentre désormais tous ses moyens.

Les troupes russes ont été renforcé ces derniers jours avec des unités qui combattaient à Kharkiv, mais aussi celles qui étaient il y a encore quelques jours à Marioupol, parmi lesquelles les milices séparatistes ou encore les forces tchétchènes. L’armée ukrainienne tentent tant bien que mal de freiner leur progression, mais l’adversaire a décidé de jeter toutes ses forces dans cette bataille – avions, artillerie, chars, roquettes, mortiers et missiles, sans parler des combats directs et violents au sol. Rien n’est épargné selon le gouverneur de la région pour qui « les Russes utilisent la tactique de la terre brûlée, ils détruisent délibérément la ville ». Et désormais beaucoup craignent que Sievierodonetsk ne devienne la prochaine Marioupol, c’est-à-dire une ville totalement détruite.

17h46 : Le Royaume-Uni et la Lituanie renforcent leur collaboration en matière de défense

Le Royaume-Uni et la Lituanie ont signé ce lundi une déclaration conjointe pour renforcer la collaboration en matière de défense et de sécurité, renforçant le soutien de Londres aux nations qui craignent que le président russe Vladimir Poutine ne s’arrête à l’Ukraine pour tenter de redessiner les frontières de l’Europe.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, les États baltes comme la Lituanie, membre de l’Otan et ancien État soviétique, craignent de plus en plus d’être les prochains à faire face à l’agression russe.

Le Royaume-Uni a déclaré que la déclaration s’appuierait sur la coopération en matière de défense que les pays partagent en tant qu’alliés de l’Otan et augmenterait la résistance aux menaces, notamment de la Russie et de la Chine.

17h17 : Vingt pays s’engagent à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine, selon le Pentagone

Vingt pays se sont engagés à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine pour faire face aux forces russes lors d’une réunion des alliés lundi, a annoncé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin. « La rencontre d’aujourd’hui s’est très bien passée », a-t-il déclaré. « De nombreux pays vont donner des munitions d’artilleries, des systèmes de défense côtière, des chars et autres blindés qui sont indispensables » pour l’armée de Kiev, a-t-il ajouté.

Les pays qui ont annoncé envoyer ces nouvelles armes sont notamment l’Italie, le Danemark, la Grèce, la Norvège et la Pologne. Le Danemark fournira des lanceurs de missiles Harpoons et des missiles pour défendre la côte ukrainienne, a déclaré Lloyd Austin.

17h01 : À Davos, des Ukrainiens exposent les « crimes de guerre russes »

Une exposition sur les « crimes de guerre » russes en Ukraine dans les anciens locaux de la Russie à Davos, le 22 mai 2022.

Une exposition sur les « crimes de guerre » russes en Ukraine dans les anciens locaux de la Russie à Davos, le 22 mai 2022. © ARND WIEGMANN/REUTERS

Pas de Russes à Davos cette année, mais des Ukrainiens ont repris l’un des lieux traditionnels de représentation des Russes pour y exposer les « crimes de guerre » de ces derniers, et tenter ainsi de convaincre les élites occidentales d’accélérer leurs mesures de soutien à l’Ukraine.

Des photos de cimetières. Des corps sous des bâches noires. Une main ensanglantée sur la chaussée. Un enfant sous respirateur à l’hôpital, un bébé dans les bras d’un soldat. Des ruines et des bâtiments détruits, des impacts de bombes. Les photos sont exposées depuis lundi dans une maison aux volets rouges sur la Promenade, la rue principale de Davos, où d’ordinaire les Russes organisent des conférences de presse.

16h36 : Kiev envoie sa première dame à l’OMS, dont Moscou dénonce la « politisation »

La Première dame ukrainienne Olena Zelenska a dénoncé lundi à l’Organisation mondiale de la santé les « horreurs » inimaginables causées par les forces russes en Ukraine, tandis que Moscou a dénoncé une « politisation » de cette organisation. Elle s’est exprimée au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky réclamait des sanctions « maximales » contre la Russie, dans un discours en visioconférence pendant la réunion du Forum économique mondial à Davos.

La guerre livrée par la Russie « a montré des horreurs que nous n’aurions pas pu imaginer », a-t-elle déclaré devant l’Assemblée mondiale de la santé, qui réunit l’ensemble des États membres de l’OMS. « L’OMS s’est engagée à protéger les droits de l’homme les plus essentiels à la vie et à la santé », mais, « aujourd’hui », ceux-ci « sont violés en Ukraine », a-t-elle dit, elle aussi en visioconférence.

Actuellement, a souligné Olena Zelenska, « aucun Ukrainien, qu’il soit adulte ou enfant, ne peut être sûr qu’il se réveillera demain » et qu’un missile n’atteindra pas sa maison. « Les médecins ne peuvent pas être sûrs que leurs ambulances ne seront pas bombardées », a-t-elle dit.

15h52 : Trois mois de conflit et des milliers de morts des deux côtés

Après trois mois de conflit, la Russie aurait perdu presque le même nombre de soldats qu’après 9 ans de guerre en Afghanistan, estime le ministère britannique de la Défense dans son point quotidien sur la situation en Ukraine. Selon des sources occidentales, entre 12 000 et 15 000 soldats russes auraient ainsi perdu la vie ces trois derniers mois. Un chiffre qui monte à plus de 29 000, selon le décompte du ministère ukrainien de la Défense.

Des chiffres qui, s’ils correspondent à la réalité et si d’aventure la population russe en avait connaissance, pourraient bien entamer le soutien qui semble encore indéfectible des russes en faveur de leur président Vladimir Poutine. Car comme le souligne le ministère britannique de la Défense : « À mesure que les pertes en Ukraine continueront à augmenter, elles vont devenir plus visibles et le mécontentement public face à la guerre et l’envie de l’exprimer pourraient grandir ».

Si du côté russe les autorités minimisent les pertes, du côté ukrainien il est également difficile d’obtenir des chiffres. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky évoquait il y a plus d’un mois entre 2 500 et 3 000 soldats tués et plus de 10 000 blessés. Des chiffres qui ne prenaient alors pas en compte les civils morts lors des combats et des bombardements.

15h33 : L’Otan en dix questions

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est une alliance militaire de pays d’Europe et d’Amérique du Nord chargée d’assurer la sécurité collective. Mais quel est son fonctionnement ? Qui la finance ? Quel sont ses objectifs militaires, politiques et sont-ils les mêmes qu’au moment de sa création. Éléments de réponse de Patricia Blettery.

15h09 : La région contrôlée par les russes de Kherson instaure le rouble

Le rouble est maintenant utilisé dans la région occupée par les Russes de Kherson.

Le rouble est maintenant utilisé dans la région occupée par les Russes de Kherson. © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP

Les nouvelles autorités prorusses de la région ukrainienne de Kherson, conquise par Moscou, ont fait lundi de la monnaie russe, le rouble, la devise officielle en parallèle à la hryvnia ukrainienne. « La région devient une zone à double devise : le rouble va circuler au même titre que la hryvnia. Les sociétés et les entrepreneurs peuvent afficher les prix dans les deux monnaies », a annoncé l’administration civile et militaire prorusse de cette région située dans le sud de l’Ukraine.

« Le cours est de deux roubles pour une hryvnia », a-t-elle poursuivi, dans un communiqué sur son compte Telegram. L’administration ajoute que la première agence d’une banque russe ouvrira « très prochainement » à Kherson, la capitale régionale, et que « tous les entrepreneurs le souhaitant » pourront y ouvrir un compte. Fin avril, un responsable local avait affirmé que rouble et hryvnia pourraient circuler pendant une période de transition, avant un passage complet à la monnaie russe, une possibilité qui n’a pas été évoquée lundi par l’administration régionale prorusse.

14h57 : Un ancien ministre des Transports à la tête de l’usine automobile russe Avtovaz

Le constructeur automobile russe Avtovaz a nommé lundi PDG l’ancien ministre des Transports russe Maxim Sokolov, après la vente par Renault de ses actifs à l’État russe. Maxim Sokolov succède ainsi au Français Nicolas Maure, qui était à la tête du constructeur russe depuis juin 2021. Cette nomination prend effet dès lundi, précise Avtovaz dans un communiqué.

Maxim Sokolov, 53 ans, a été ministre des Transports entre 2012 et 2018, et était depuis 2019 vice-gouverneur de la région de Saint-Pétersbourg (nord-ouest). Acculé par les sanctions occidentales contre la Russie, Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu’il avait réussi à redresser, a confirmé lundi qu’il vendait ses actifs à l’État russe, première nationalisation d’ampleur depuis l’offensive russe en Ukraine.

Le groupe au losange a cédé sa participation majoritaire (67,69%) dans le groupe Avtovaz, une pièce essentielle de l’industrie automobile russe avec la marque Lada, au NAMI, l’institut russe de recherche et de développement des automobiles et des moteurs.

14h34 : L’Union européenne renonce à sa discipline budgétaire en 2023 à cause de la guerre

L’Union européenne renonce à son corset budgétaire.
L’Union européenne renonce à son corset budgétaire. © YVES HERMAN/REUTERS

Les règles de discipline budgétaire imposées aux États membres de l’Union européenne, qui ne sont plus appliquées depuis mars 2020, resteront suspendues en 2023 en raison du choc économique provoqué par la guerre en Ukraine, a annoncé lundi la Commission européenne. À période exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Pas encore remise du choc de la pandémie de Covid, l’activité économique européenne affronte une flambée des prix et un net ralentissement de sa croissance provoqués par le conflit militaire avec la Russie. Pour se donner de l’air, l’UE préfère renoncer à rétablir son corset budgétaire jusqu’à la fin de l’année prochaine.

Cette position de la Commission a été bien accueillie par les ministres des Finances de l’UE réunis dans l’après-midi à Bruxelles, aucun ne s’y opposant.

► L’UE décide de maintenir la suspension de la discipline budgétaire en 2023

14h16 : Starbucks quitte définitivement la Russie, fermant ses 130 cafés sous licence

Un café Starbucks dans le centre de Saint-Pétersbourg en Russie, le 23 mai 2022.
Un café Starbucks dans le centre de Saint-Pétersbourg en Russie, le 23 mai 2022. © ANTON VAGANOV/REUTERS

Starbucks, qui avait temporairement fermé les 130 établissements portant son nom en Russie après l’invasion de l’Ukraine, a annoncé lundi avoir pris la décision de quitter définitivement le pays, s’inscrivant ainsi dans le sillage d’autres multinationales comme McDonald’s. La chaîne de cafés, qui opérait en Russie via un partenaire sous licence, va continuer à payer les quelque 2 000 employés travaillant en son nom pendant six mois, a indiqué l’entreprise dans un message sur son site.

13h48 : Boris Bondarev, conseiller russe auprès des Nations Unies à Genève, démissionne

Le conseiller russe auprès des Nations Unies à Genève, Boris Bondarev, a démissionné. Il explique dans un communiqué qu’en vingt ans de carrière, il n’a « jamais eu aussi honte de [son] pays ». Dans ce communiqué, diffusé par l’avocat et activiste Hillel Neuer, Boris Bondarev appelle les diplomates russes aux Nations Unies et dans le reste monde à prendre la même décision que lui.

« La guerre agressive déclenchée par Poutine contre l’Ukraine, et de fait contre le monde occidental, n’est pas seulement un crime contre le peuple ukrainien mais aussi, peut-être le plus grave crime contre le peuple russe, avec une lettre Z en caractère gras barrant tous nos espoirs et perspectives d’une société libre et prospère dans notre pays », peut-on lire dans cette lettre.

13h21 : Le maire pro-russe blessé dans une explosion est hors de danger, selon le responsable local

Un maire désigné par Moscou à Enerhodar, une ville du sud de l’Ukraine sous contrôle russe, est hors de danger après avoir été blessé dans une explosion, ont annoncé lundi les autorités locales, le Kremlin dénonçant un « attentat ». « Le maire, malheureusement, a subi des brûlures et des blessures, mais sa vie et celle de ses gardes du corps ne sont pas en danger », a déclaré un responsable prorusse de la sécurité, Alexeï Selivanov, cité par l’agence de presse Ria Novosti. Il a dénoncé une attaque des « services secrets ukrainiens » ayant visé à « intimider à la population civile » des territoires conquis par l’armée russe.

Dimanche, Andreï Chevtchik et deux de ses gardes du corps ont été victimes d’une explosion dans l’entrée d’un immeuble résidentiel à Enerhodar. Le Comité d’enquête russe a dit qu’une « bombe artisanale » avait été placée dans une armoire électrique, promettant d’établir les circonstances complètes de l’incident.

Andreï Chevtchik a été nommé maire d’Enerhodar après que les troupes russes se sont emparées, en mars, de cette ville et de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, située sur son territoire. Le porte-parole du Kremlin a, quant à lui, estimé lundi qu’il s’agissait d’un « attentat » commis par des « nationalistes » ukrainiens. « Cela oblige nos militaires à être sur le qui-vive et à prendre des mesures préventives pour éviter que de tels actes terroristes ne se répètent », a affirmé Dmitri Peskov, au cours d’un point presse.

12h55 : Réunion virtuelle du groupe de contact pour la défense de l’Ukraine au Pentagone

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin (C), en compagnie de Laura Cooper, secrétaire adjointe à la Défense pour les affaires russes, ukrainiennes et eurasiennes, et du président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, participe à une réunion virtuelle du groupe de contact pour la défense de l’Ukraine au Pentagone, à Washington, DC, le 23 mai 2022.
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin (C), en compagnie de Laura Cooper, secrétaire adjointe à la Défense pour les affaires russes, ukrainiennes et eurasiennes, et du président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, participe à une réunion virtuelle du groupe de contact pour la défense de l’Ukraine au Pentagone, à Washington, DC, le 23 mai 2022. AFP – NICHOLAS KAMM
12h30 : Union africaine: le président sénégalais Macky Sall annonce un déplacement en Ukraine et en Russie

À l’occasion de la tournée africaine du chancelier allemand, Olaf Sholz, le président sénégalais, également président en exercice de l’Union africaine, a annoncé qu’il se rendrait prochainement en Russie et en Ukraine. Macky Sall a une nouvelle fois plaidé pour « le dialogue » dans le conflit qui impacte -aussi- le continent africain. Un continent divisé : lors du vote de la résolution de l’ONU début mars pour condamner la Russie, de nombreux pays -dont le Sénégal- s’étaient abstenus.

► Découvrez l’article en cliquant ici

12h25 : Le président Poutine s’entretient avec son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko

Le président russe Vladimir Poutine serre la main de son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko lors d’une réunion à Sotchi, en Russie, le 23 mai 2022.
Le président russe Vladimir Poutine serre la main de son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko lors d’une réunion à Sotchi, en Russie, le 23 mai 2022. via REUTERS – SPUTNIK

12h10 : Après Schröder, une ex-ministre autrichienne qui avait dansé avec Poutine quitte Rosneft

L’ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl, qui avait dansé une valse avec le président russe Vladimir Poutine en 2018, a quitté le conseil d’administration de Rosneft, a annoncé ce lundi le géant pétrolier russe. Vendredi, le groupe avait déjà annoncé le départ de l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, sous le feu des critiques avec l’offensive russe en Ukraine en raison de sa proximité avec le président russe, ainsi que de Matthias Warnig, qui avait débuté sa carrière dans les sphères du pouvoir en RDA communiste.

Selon Rosneft, Mme Kneissl, qui avait été nommée en mars 2021 au conseil d’administration de la compagnie puis confirmée dans ses fonctions en juin de la même année, a présenté une lettre de démission prenant effet dès vendredi dernier. Désignée par le parti d’extrême droite FPÖ à la tête de la diplomatie autrichienne où elle est restée entre décembre 2017 et mai 2019, elle avait convié M. Poutine à ses noces alors que son pays assurait la présidence tournante de l’Union européenne (UE). Les médias proches du Kremlin s’étaient fait une joie de publier des images, ayant fait le tour du monde, de la mariée valsant avec le président russe, qu’elle gratifia d’une profonde révérence.

En mars dernier, la presse autrichienne a révélé que M. Poutine, en remerciement de l’invitation à son mariage, avait offert à Mme Kneissl des boucles d’oreilles en or blanc ornées de saphirs, estimées à 50 000 euros. Les bijoux en question se trouvent désormais dans les réserves du gouvernement qui les a récupérés en février 2020, avait alors indiqué à l’AFP une porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Vendredi, l’ancienne ministre a indiqué à l’AFP ne pas avoir quitté Rosneft dès mars pour « respecter » ses obligations de mandat d’un an. « En mars, je n’ai pas démissionné car ce n’est pas mon style de quitter le bateau en pleine tempête ». Mais « la compagnie » a été informée « dès le mois de mars que je n’étais pas disponible pour des prochaines élections », a-t-elle assuré.

La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl avec le président russe Vladimir Poutine lors de son mariage.
La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl avec le président russe Vladimir Poutine lors de son mariage. APA/AFP/File
11h55 : Dernière mise à jour des renseignements de défense britanniques sur la situation en Ukraine

11h45 : 87 morts dans le bombardement russe du 17 mai sur une base ukrainienne

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme que 87 personnes sont mortes dans une attaque russe le 17 mai contre une base militaire ukrainienne dans le nord du pays. « Aujourd’hui, sous les décombres à Desna, il y a 87 victimes. 87 cadavres, des victimes qui ont été tuées », a dit M. Zelensky qui intervenait en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) de Davos (Suisse). La frappe a visé ce village qui abrite une base militaire, situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Kiev.

11h30 : La Russie est en train d’examiner le plan de paix proposé par l’Italie

La Russie a reçu le plan de paix proposé par l’Italie et est en train de l’étudier, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Roudenko, cité par les agences russes. « Nous l’avons reçu il n’y a pas longtemps. Nous sommes en train de l’étudier », a-t-il déclaré, soulignant qu’il n’était actuellement pas en discussion entre la Russie et l’Italie. « Quand nous aurons fini de l’étudier, nous dirons ce que nous en pensons », a-t-il ajouté.

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a annoncé vendredi que son pays avait proposé à l’ONU la constitution d’un « groupe international de facilitation » pour tenter de parvenir « pas à pas » à un cessez-le-feu en Ukraine.

11h00 : Les règles budgétaires de l’UE resteront suspendues en 2023 à cause de la guerre

Les règles de discipline budgétaire imposées aux Etats membres de l’UE, qui ne sont plus appliquées depuis mars 2020, resteront suspendues en 2023 en raison du choc économique provoqué par la guerre en Ukraine, a annoncé la Commission européenne. « L’incertitude accrue et les risques importants de dégradation des perspectives économiques dans le contexte de la guerre en Ukraine, les hausses sans précédent des prix de l’énergie et les perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement justifient la prolongation » de cette suspension, a expliqué l’exécutif européen dans un communiqué.

10h25 : Le soldat russe jugé pour crime de guerre condamné à la prison à vie

Le premier soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Vadim Chichimarine, a été reconnu coupable et condamné à la prison à perpétuité lundi à Kiev pour le meurtre d’un civil. « Le tribunal a décidé de reconnaître Chichimarine coupable et de le condamner à réclusion à vie », a déclaré le juge Serguiï Agafonov, a constaté un journaliste de l’AFP présent dans la salle d’audience. Le sergent Chichimarine, 21 ans, avait admis avoir abattu Oleksandre Chelipov, un civil de 62 ans, dans le nord-est du pays au cours des premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. Son avocat a immédiatement annoncé qu’il ferait appel.

Le soldat russe Vadim Chichimarine, 21 ans, soupçonné de violations des lois et normes de la guerre, se tient à l’intérieur d’une cage lors d’une audience au tribunal, à Kiev en Ukraine, le 23 mai 2022.
Le soldat russe Vadim Chichimarine, 21 ans, soupçonné de violations des lois et normes de la guerre, se tient à l’intérieur d’une cage lors d’une audience au tribunal, à Kiev en Ukraine, le 23 mai 2022. REUTERS – VIACHESLAV RATYNSKYI
10h15 : Volodymyr Zelensky réclame à Davos des sanctions « maximum » et plus « aucun commerce » avec la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé ce lundi à Davos davantage d’armes et des sanctions « maximum » contre Moscou, avec notamment un arrêt complet du commerce avec la Russie qui a envahi son pays il y a trois mois. « Les sanctions […] devraient être maximum, pour que la Russie et tout autre agresseur potentiel qui veut conduire une guerre brutale contre son voisin connaisse clairement les conséquences immédiates de ses actions », a-t-il dit lors d’une intervention en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF). « Il ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie », a-t-il insisté, réclamant entre autres « un embargo sur le pétrole russe » et des mesures contre « toutes les banques russes, sans exception » et appelant à « créer un précédent pour le retrait complet de toutes les entreprises étrangères du marché russe ». Les États-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe. Mais l’Union européenne, dont certains pays sont très dépendants des hydrocarbures russes, a du mal à se mettre d’accord.

Volodymyr Zelensky demande le renforcement des sanctions

M. Zelensky a aussi réclamé davantage d’armes pour son pays, regrettant que le soutien de la communauté internationale n’ait pas toujours été assez rapide. « Si nous avions reçu 100% de nos besoins en février, le résultat aurait été des dizaines de milliers de vies sauvées. C’est pourquoi l’Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies. C’est pourquoi l’Ukraine a besoin de financement », a-t-il dit. L’Ukraine est représentée en force cette année à la réunion du WEF à Davos, où nombre de responsables politiques ukrainiens ont fait le voyage en personne. Le fondateur du WEF Klaus Schwab s’est félicité d’une « délégation particulièrement forte d’Ukrainiens parmi nous ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse au public depuis Kiev lors du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, lundi 23 mai 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse au public depuis Kiev lors du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, lundi 23 mai 2022. ARND WIEGMANN/REUTERS

09h50 : Les séparatistes pro-russes entendent juger les prisonniers d’Azovstal

Le dirigeant de la République populaire de Donetsk a déclaré que les prisonniers de guerre ukrainiens qui défendaient l’usine métallurgique d’Azovstal à Marioupol seraient traduits devant la justice de l’État séparatiste pro-russe autoproclamé, rapporte ce lundi l’agence russe Interfax. « Les prisonniers d’Azovstal sont détenus sur le territoire de la République populaire de Donetsk », écrit Interfax en citant Denis Pouchiline. « Nous prévoyons la mise en place d’un tribunal international sur notre territoire. »

Interfax ne précise pas pour quel motif les combattants ukrainiens seront jugés mais Moscou considère les soldats du régiment Azov, qui constituaient une partie du contingent de l’usine, comme des néonazis, et la justice russe a été appelée la semaine dernière à classer cette unité sur la liste des « organisations terroristes ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé la semaine dernière aux défenseurs d’Azovstal de déposer les armes après presque trois mois de siège, tout en assurant qu’ils pourraient ensuite rentrer en Ukraine à la faveur d’un échange de prisonniers, ce que Moscou n’a pas confirmé.

09h25 : Destruction du pont détruit reliant la ville de Lyssytchansk à la ville de Sievierodonetsk

Une photo prise le 22 mai 2022 montre le pont détruit reliant la ville de Lysychansk à la ville de Severodonetsk dans la région de Donbass, dans l’est de l’Ukraine,
Une photo prise le 22 mai 2022 montre le pont détruit reliant la ville de Lysychansk à la ville de Severodonetsk dans la région de Donbass, dans l’est de l’Ukraine, AFP – ARIS MESSINIS
► Découvrez le reportage : À quelques kilomètres de Sievierodonetsk, les forces séparatistes pro-russes affichent leur optimisme

08h15 : La Nouvelle-Zélande va entraîner des artilleurs ukrainiens

Le gouvernement de Nouvelle-Zélande annonce qu’il va envoyer au Royaume-Uni une trentaine d’instructeurs militaires pour y entraîner des artilleurs ukrainiens. Ces instructeurs néo-zélandais formeront les militaires ukrainiens à l’utilisation de canons légers de 105mm L119. Quelque 230 artilleurs bénéficieront de cet entraînement, qui durera jusque fin juillet. La Nouvelle-Zélande a déjà envoyé un avion Hercules et du personnel militaire en Europe pour des missions logistiques et de renseignement, afin d’aider l’Ukraine à se défendre contre l’invasion russe.

Un soldat garde près d’une ligne de front à Brovary, à la périphérie de Kiev, en Ukraine, le lundi 28 mars 2022.
Un soldat garde près d’une ligne de front à Brovary, à la périphérie de Kiev, en Ukraine, le lundi 28 mars 2022. AP – Rodrigo Abd
07h30 : Verdict attendu dans le premier procès pour crimes de guerre

Le verdict est attendu ce lundi 23 mai dans le premier procès pour crimes de guerre qui se tient en Ukraine depuis le début de la guerre. Le soldat russe Vadim Chichimarine, 21 ans, a plaidé coupable d’avoir tué un civil non armé quelques jours après le début de l’invasion. Les procureurs affirment que Vadim Chichimarine commandait une unité dans une division de chars lorsque son convoi a été attaqué. Lui et quatre autres soldats ont volé une voiture et, alors qu’ils se déplaçaient près de Chupakhivka, ils ont rencontré l’homme de 62 ans sur un vélo, ont-ils dit. Selon les procureurs, Vadim Chichimarine a reçu l’ordre de tuer le civil et a utilisé un fusil d’assaut Kalachnikov pour le faire. Le soldat risque la prison à vie. L’Ukraine a recensé jusqu’à présent plus de 10 000 crimes de guerre possibles commis par la Russie. Moscou a nié que ses troupes aient pris des civils pour cible, mais les enquêteurs ont recueilli des preuves d’éventuels crimes de guerre afin de les présenter à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

► À lire aussi : Le premier procès pour crime de guerre d’un soldat russe s’ouvre à Kiev

07h00 : Vue des installations détruites de l’usine sidérurgique Azovstal à Marioupol

Vue des installations détruites de l’usine sidérurgique Azovstal pendant le conflit Ukraine-Russie dans la ville portuaire de Marioupol, en Ukraine, le 22 mai 2022. Photo prise avec un drone.
Vue des installations détruites de l’usine sidérurgique Azovstal pendant le conflit Ukraine-Russie dans la ville portuaire de Marioupol, en Ukraine, le 22 mai 2022. Photo prise avec un drone. REUTERS – PAVEL KLIMOV
06h45 : L’UE vante son plan pour mettre fin à sa dépendance vis-à-vis des importations de combustibles fossiles russes

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a massivement perturbé les marchés énergétiques européens et mondiaux. #REPowerEU est notre plan pour mettre fin à la dépendance de l’UE vis-à-vis des importations de combustibles fossiles russes. Il nous permettra de construire la nouvelle infrastructure et le nouveau système énergétique dont l’Europe a besoin. »

06h30 : La Russie doit payer le prix « à long terme » pour son invasion de l’Ukraine, affirme Biden

Le président américain Joe Biden a déclaré ce 23 mai à Tokyo que la Russie « doit payer un prix à long terme » pour sa « barbarie en Ukraine » en termes de sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés. « Il ne s’agit pas seulement de l’Ukraine », a dit M. Biden. Car si « les sanctions n’étaient pas maintenues à de nombreux égards, alors quel signal cela enverrait-il à la Chine sur le coût d’une tentative de prise de Taïwan par la force ? », s’est-il interrogé.

Le président Joe Biden s’exprime lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida au palais Akasaka, lundi 23 mai 2022, à Tokyo. AP – Evan Vucci

06h05 : L’Ukraine admet souffrir « de plus en plus » dans le Donbass

La situation devient « de plus en plus difficile » pour les Ukrainiens dans le Donbass. Moscou continue à intensifier sa puissance de feu dans le Donbass. On y trouve, selon Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Louhansk, les unités retirées de la région de Kharkiv (nord-est), les assaillants du siège de Marioupol (sud-est), les milices des républiques séparatistes de Donetsk et Louhansk, les forces tchétchènes et des troupes mobilisées en renfort depuis la Sibérie et l’Extrême-Orient russe. « Toutes les forces russes sont concentrées dans les régions de Lougansk et de Donetsk », a affirmé M. Gaïdaï sur Telegram. Idem en matière d’armement. « Tout est concentré ici », a ajouté le gouverneur, y compris les fameux complexes antiaériens et antimissiles S-300 et S-400, équivalent des Patriot américains.

Point crucial de cette bataille du Donbass, Sievierodonetsk, dans la région de Louhansk, est sous le feu de Moscou « 24 heures sur 24 », s’est indigné M. Gaïdaï. « Ils utilisent la tactique de la terre brûlée, ils détruisent délibérément la ville » avec des bombardements aériens, des lance-roquettes multiples, des mortiers ou des chars qui tirent sur les immeubles, a-t-il ajouté.

Le sort de Sievierodonetsk ressemble à celui de Marioupol, qui présente aujourd’hui un paysage apocalyptique après plusieurs semaines de siège. Plusieurs quartiers ne sont qu’un enchevêtrement de tôles et de débris, de barres d’immeubles éventrées par les missiles et les obus. Des centaines de milliers d’habitants ont fui. D’autres sont morts. Un bilan inconnu mais sans doute énorme.

05h40 : Hommage à des soldats ukrainiens morts au combat

Deux soldats de la garde nationale boivent un verre pour honorer la mémoire de deux soldats décédés dans le cimetière de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, dimanche 22 mai 2022. AP – Bernat Armangue

05h00 : Le mécontentement de l’opinion publique russe à l’égard de la guerre pourrait augmenter, selon le ministère de la Défense britannique

Dans son point quotidien, le ministère de la Défense britannique note que, au cours des trois premiers mois de son « opération militaire spéciale », la Russie a probablement enregistré un nombre de morts similaire à celui qu’a connu l’Union soviétique pendant sa guerre de neuf ans en Afghanistan.

La combinaison de mauvaises tactiques à basse altitude, d’une couverture aérienne limitée, d’un manque de flexibilité et d’une approche de commandement prête à renforcer l’échec et à répéter les erreurs a conduit à ce taux élevé de pertes, qui continue à augmenter dans l’offensive de Donbass.

Par le passé, l’opinion publique russe s’est montrée sensible aux pertes subies lors de guerres de choix. Au fur et à mesure que les pertes subies en Ukraine continueront d’augmenter, elles deviendront plus apparentes, et le mécontentement de l’opinion publique à l’égard de la guerre et sa volonté de l’exprimer pourraient augmenter.

04h10 : Volodymyr Zelensky attendu à Davos

Le président ukrainien poursuit sa tournée de visioconférence auprès des dirigeants du monde. Volodymyr Zelensky s’exprimera ce lundi devant le Forum économique mondial (WEF), qui se réunit de nouveau à Davos après deux ans de suspension due à la pandémie. Il devrait profiter de cette tribune pour appeler à davantage d’aides, financières et militaires.

Le forum de Davos déroule le tapis rouge pour l’Ukraine

04h05 : Plus de 100 millions de personnes déracinées

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a poussé pour la première fois le nombre de personnes déracinées au-dessus de la barre des 100 millions, ont alerté les Nations unies ce lundi. « Le nombre de personnes contraintes de fuir les conflits, la violence, les violations des droits humains et les persécutions a franchi la barre vertigineuse des 100 millions pour la première fois, sous l’effet de la guerre en Ukraine et d’autres conflits meurtriers », écrit le Haut-commissariat aux réfugiés dans un communiqué.

04h00 : Un maire désigné par Moscou blessé dans une explosion

Le maire installé par Moscou d’Energodar, ville du sud de l’Ukraine accueillant la plus grande centrale nucléaire d’Europe, a été blessé dans une explosion dimanche 22 mai, ont annoncé un responsable ukrainien et des agences de presse russes. Andreï Chevtchik a été nommé maire d’Energodar après la prise de contrôle par les troupes russes de cette ville et de la centrale nucléaire de Zaporijjia située sur son territoire. « Nous avons la confirmation précise que lors de l’explosion, Chevtchik, le chef auto-proclamé de “l’administration populaire”, et ses gardes du corps ont été blessés », a annoncé sur Telegram Dmytro Orlov, maire élu d’Energodar. Ce dernier a ajouté qu’ils étaient à l’hôpital « avec des blessures de gravité variable », mais les circonstances de l’explosion restent à éclaircir. Il n’y a pas eu d’autres blessés dans l’explosion, a-t-il ajouté.

Citant une source des services d’urgence, l’agence de presse russe RIA Novosti a précisé que M. Chevtchik se trouve en soins intensifs. L’explosion a été causée par un « engin explosif artisanal », selon l’autre agence russe TASS, citant une source dans les forces de l’ordre.

Ville de près de 50 000 habitants, Energodar a été bâtie dans les années 1970 autour de la centrale nucléaire qui se situe sur du fleuve Dnipr en face de la ville de Zaporijjia, tenue par les Ukrainiens. La centrale a été le lieu d’affrontement dès les premiers jours du conflit, faisant craindre une possible catastrophe nucléaire dans un pays dont l’histoire est marquée par l’explosion d’un réacteur à Tchernobyl en 1986.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles