05172022Headline:

35 ha à reboiser pour la reconquête de la forêt classée de Béki

Abengourou, 12 mai 2022 (AIP)- Les agents des Eaux et Forêts d’Abengourou ont démarré mercredi 11 mai 2022, le reboisement d’une parcelle de 35 hectares dégradés pour reconquérir le couvert végétal de la forêt classée de Béki (Est, région de l’Indéné-Djuablin).

La restauration de la forêt de Béki s’inscrit dans le cadre d’un projet initié Mitsubishi Corporation et l’ONG Rainforest Alliance. L’opération de planting a eu lieu en présence du sous-préfet d’Aniassué, Mme Séréhoué Séri Bi Wincédi, du directeur général de Mitsubishi, Otsu Tomoyuki, du directeur régional de la Société de développement des forêts (SODEFOR), Dosso Amara.

La forêt classée de Béki a été créée en 1935. Elle conserve encore dans la partie Nord, une forêt naturelle. Suite aux pressions et aux infiltrations clandestines, la forêt classée a subi des dégradations.

Le directeur régional des Eaux et Forêts, Gnango Charbel, a indiqué au cours d’une séance de sensibilisation qui a précédé l’opération de planting à N’Grakon, village jouxtant la forêt de Béki, que ce reboisement est une réponse positive des partenaires devant la disparition de la forêt due à l’agriculture extensive, à l’orpaillage clandestin, aux feux de brousse, aux sciages à façon et aux diverses autres actions affectant le couvert forestier, l’environnement et les populations.

M. Gnango a fait constater qu’au regard de la disparition drastique des forêts, il devient impérieux d’envisager une approche de reconquête et d’accroissement du couvert forestier national. Cela passe par la préservation des forêts existantes, par la réhabilitation des zones dégradées la prise de conscience des populations.

Outre son caractère environnemental, ce reboisement a un impact positif tant sur le point social et économique a fait savoir Gnango Charbel. Il a invité les populations notamment celles des villages riverains de N’Grakon et d’Assakro à adhérer à la nouvelle politique forestière en contribuant à la reconstitution du couvert végétal et adopter surtout un comportement écocitoyen pour une Côte d’Ivoire plus verte, gage d’un développement durable.

Face à la dégradation de la forêt ivoirienne, le gouvernement a mis en œuvre politique ambitieuse de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts afin de porter le taux de couverture forestière à au moins 20% en 2030. Cet engagement s’est traduit dans la région de l’Indénié-Djuablin par la réalisation au cours de l’année 2021 de 43 ha de reboisement dans la forêt de Béki

Comments

comments

What Next?

Recent Articles