05252022Headline:

Mali : bientôt la reprise des services aériens de la MINUSMA

Après une série de discussions fructueuses avec les autorités maliennes, la MINUSMA reprend ses opérations aériennes”, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Les vols commerciaux de passagers à destination et en provenance des pays de la CEDEAO restent suspendus
Reprise des services aériens de la MINUSMA

Bamako, le 20 janvier 2022 – À la faveur d’une série de discussions fructueuses avec les autorités maliennes, la MINUSMA reprend ses opérations aériennes. La Mission se félicite de l’esprit de coopération et de partenariat qui a présidé à ces discussions.

La MINUSMA réitère son engagement à continuer à appuyer le Mali dans les efforts déployés en vue de la restauration durable de la paix, de la sécurité et de la stabilité. Elle réaffirme sa volonté de bâtir sur les acquis déjà capitalisés en termes de sécurisation des biens et des personnes, ainsi que sur les aspects liés aux dividendes de la paix, à la réconciliation et la cohésion sociale. La MINUSMA reste engagée en faveur de la stabilisation du Mali.

Le Gouvernement de transition avait entrepris une réorganisation de son processus d’approbation des vols au Mali. Dans l’attente de la finalisation de ces modalités, la MINUSMA a suspendu ses vols sur le territoire malien, à l’exception des évacuation médicales.

La MINUSMA utilise ses moyens aériens pour le transport de troupes, de personnels civils et de matériel, ainsi que pour ses opérations de sécurisation au sol au bénéfice des populations ou des Casques bleus. Ces moyens sont également mobilisés en appui aux partenaires maliens, notamment en ce qui concerne le transport et les évacuations médicales.

La MINUSMA compte plus de 13 000 soldats qui tentent de contenir la violence dans le nord et le centre du Mali, où des groupes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique attaquent régulièrement des civils, des soldats et des bases de l’ONU.

La mission opère des vols quotidiens pour transporter les soldats de la paix et le personnel autour du Mali, où les déplacements par route dans la plupart des régions sont trop dangereux.

Rappelons que les autorités maliennes ont répondu aux sanctions de la Cedeao en imposant des restrictions sur les avions militaires impliqués dans la lutte contre les militants. le Mali exige désormais un préavis de 48 heures pour les vols et les drones de surveillance.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles