05242022Headline:

RDC: attaques meurtrières en série en territoire d’Irumu, le groupe ADF soupçonné

Au moins 64 civils ont été massacrés dans des attaques perpétrées depuis le vendredi 11 mars en territoire d’Irumu, dans l’est du pays. Selon le Baromètre sécuritaire du Kivu, plusieurs villages ont été pris d’assaut durant le week-end et mercredi 16 mars. Les ADF, les forces démocratiques alliées, pourraient être à l’origine des tueries. Malgré la présence des armées ougandaise et congolaise, les attaques se multiplient et ont même tendance à s’exporter plus à l’ouest des territoires.

Les premières attaques ont eu lieu dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 mars dans le village de Mambumembume, à la frontière entre les territoires de Béni et d’Irumu, à l’ouest de la route nationale 4 qui traverse la région du nord au sud. Durant ce première assaut, au moins 27 civils ont été tués, et des maisons et véhicules ont été incendiés.

Samedi, les criminels ont poursuivi leur parcours macabre, s’arrêtant dans plusieurs autres villages où au moins cinq autres personnes auraient perdu la vie, selon la société civile locale.

Dans la journée de lundi, les assaillants s’en sont pris à trois autres villages plus au nord : Apende, Ndimo et Bwanasura. Durant ces attaques, 37 autres habitants ont été assassinés.

Cette série de meurtres apparaît aux yeux des observateurs comme des représailles à l’intervention conjointe des armées ougandaise et congolaise. Mais la localité des massacres interroge. Les ADF opèrent généralement à l’est de la RN4, non loin de la frontière avec l’Ouganda. Mais ces derniers temps, leur zone d’activité semble s’être déportée vers l’ouest, là où les forces militaires sont moins présentes.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles