05172021Headline:

Monde: une guerre civile ou un coup de force militaire guette-t-il la France ?

Les militaires en fonction, signataires de la lettre ouverte, vont recevoir « des sanctions disciplinaires militaires », en fonction de leurs grades, a annoncé mercredi le chef d’État-major des armées.

Après la vague de critiques et de consternation, place aux sanctions pour la tribune de Généraux qui appellent à « soutenir les politiques » qui œuvreront contre le « délitement » de la France. Le chef d’État-major des armées a décidé, mercredi 28 avril au soir, d’imposer « des sanctions disciplinaires militaires » aux dix-huit militaires signataires de la tribune publiée dans Valeurs Actuelles.

Le Général François Lecointre a précisé au quotidien Le Parisien que les sanctions seraient « plus fortes pour les plus gradés ». « Je considère que plus les responsabilités sont élevées, plus l’obligation de neutralité et d’exemplarité est forte », a-t-il martelé. Les Généraux en « deuxième section » signataires proches de la retraite mais qui peuvent toujours être rappelés – risquent pour leur part, « la radiation, donc la mise à la retraite d’office », a-t-il ajouté.

« Ces officiers généraux vont passer chacun devant un conseil supérieur militaire. Au terme de cette procédure, c’est le président de la République qui signe un décret de radiation », a précisé le Général Lecointre. « Je souhaite que leur mise à la retraite d’office soit décidée », a-t-il pour sa part relevé en évoquant « une procédure exceptionnelle », lancée à la demande de la ministre des Armées, Florence Parly, qui avait jugé leurs « actions inacceptables » et « irresponsables ».

Quand des ex-Généraux français appellent au putsch
Dans une tribune publiée dans l’hebdomadaire « Valeurs actuelles », mercredi, intitulée « pour un retour de l’honneur de nos gouvernants », des militaires pour la plupart retraités ou radiés demandent aux dirigeants français d’agir face à la menace d’une « guerre civile ». Dénonçant les « silences coupables » du gouvernement, ils insinuent que des militaires actifs pourraient être tentés de prendre les armes afin de remédier à ce « délitement » de la société.

Environ 1 500 militaires, dont une vingtaine de Généraux à la retraite, ont signé la lettre. Les ministres ont condamné la missive publiée dans un magazine d’extrême droite. La lettre a été publiée pour la première fois le 21 avril, le jour du 60e anniversaire d’un coup d’État manqué en France. « L’heure est grave, la France est en péril », ont déclaré les signataires.

La dirigeante d’extrême droite, Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de l’année prochaine, a pris la parole pour soutenir les anciens Généraux. Mais la ministre en charge des Forces armées, Florence Parly, a tweeter : « Deux principes immuables guident l’action des militaires en matière de politique : la neutralité et la loyauté. » Elle avait auparavant prévenu que tout signataire encore en service dans l’armée serait puni pour avoir défié une loi qui lui impose de rester politiquement neutre.

beninwebtv

Comments

comments

What Next?

Related Articles