06192021Headline:

Côte d’Ivoire: des ministres s’opposeraient au retour de l’ex-président ivoirien dans son pays..

Les mouvements au sein du gouvernement, le retour de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, le mystère qui plane autour du décès de Laurent Dona Fologo sont entre autres, les sujets qui cristallisent l’attention de la presse ivoirienne ce mercredi 26 mai 2021.

Deux mois après la formation du gouvernement Patrick Achi, de vastes mouvements sont prévus le mercredi 26 mai 2021 au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau. Les ministères du nouveau gouvernement devraient connaître l’arrivée de nouveaux directeurs de cabinet. Alassane Ouattara devrait incessamment procédé à la signature des décrets de nomination lors du Conseil des ministres de ce mercredi. Prévue pour être bouclée fin avril, la liste des directeurs de cabinet a été ajournée lors du dernier Conseil des ministres du fait que certaines propositions ne rencontraient pas l’adhésion du chef de l’État.

Alassane Ouattara envisage en effet, insuffler un nouveau système de gestion des ministères. Il espère en ce procédé trouver des directeurs de cabinet compétents. Loin de lui, l’idée de politiser cette affaire. Si le choix des ministres obéit d’une certaine manière aux critères de compétences politiques, ce n’est pas le cas, selon le chef de l’État pour les questions de directeurs de cabinet. Dans cette dynamique, les ministres d’État, Kobenan Kouassi Adjoumani et Kandia Camara ont été mis au pas selon le confrère Le Temps. Ces derniers s’opposeraient au retour de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo sur sa terre natale.

Le quotidien Le Temps tire son information d’une rencontre organisée entre barons du RHDP avec pour point principal à l’ordre du jour, la question du retour de Laurent Gbagbo. Selon le confrère, après la sortie de Kobenan Kouassi Adjoumani et de Kandia Camara, Fidèle Sarrassoro, le directeur de cabinet du président Alassane Ouattara, représentant son patron à cette rencontre s’est mis dans une colère noire. Il aurait rabroué ces derniers en expliquant que Laurent Gbagbo ne peut pas être maintenu hors de sa terre natale sachant qu’il a été acquitté par la Cour pénale internationale (CPI).

« M. Gbagbo n’est pas n’importe qui. C’est un ancien chef de l’État. Nous l’avons envoyé à la CPI, il a été acquitté. C’est un ancien chef de l’État, un Ivoirien en plus et vous voulez qu’on l’empêche de rentrer dans son pays. Est-ce que vous pensez à l’après pouvoir ? Il faut vous s’inscrire dans la réconciliation. Si on maintient M. Gbagbo hors de son pays sachant qu’il est acquitté, pendant combien de temps allons-nous tenir ? Vous oubliez qu’il draine des millions de personnes.», aurait dit l’envoyé du président de la République, Alassane Ouattara.

Autre fait marquant de l’actualité de ce mercredi, c’est le décès en février dernier de Laurent Dona Fologo. Officiellement, il serait décédé de la Covid-19, mais selon le confrère Le Nouveau réveil, il y a anguille sous roche. Le confrère en veut pour preuve, le fait que selon des sources proches de sa famille, à quelques heures de son décès Laurent Dona Fologo ne présentait pas de signe visible de Covid-19. Il aurait reçu un colis qui avait été apporté à son bureau. L’ayant ouvert, « il se serait mis à tousser et lui-même avait décidé d’aller dans un Centre hospitalier pour se faire consulter parce qu’il ne se sentait pas bien. Il prit donc le soin de s’habiller en costume et de se rendre dans ledit centre hospitalier. Mais c’est dans ce Centre que tout se serait accéléré dans les heures qui ont suivi et plus tard dans la nuit, on annonce son décès. Il ne serait donc pas mort dans un Centre spécialisé de traitement de Covid-19.», conte Le Nouveau réveil qui réfute la thèse selon laquelle M. Fologo serait décédé de Covid-19.

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles