06122021Headline:

Adjamé: c’était la débandade hier, prendre ses jambes pour échapper à ces brigands en tenue

C’est à y perdre son latin. Des individus formés avec l’argent du contribuable ivoirien pour assurer la sécurité des citoyens du pays se transforment en de vulgaires voyous et agressent sans raison apparente tout sur leur passage. Une scène incroyable qui s’est déroulée dans la commune d’Adjamé le 9 mai 2021 en fin de soirée.

C’est à croire qu’il existe un sérieux problème au sein de certains corps de métier en Côte d’Ivoire. Et ce sérieux problème se remarque dans des corps qui en principe devraient être exempts de tout reproche. Malheureusement, les brebis galeuses et perdues, il y en a partout. Après des sages-femmes accusées de négligence meurtrière à Adzopé, c’est le tour des gendarmes.

Le 9 mai, alors qu’ils bénéficient d’un congé, à la suite de leur présentation au drapeau il y a quelques jours, ces élèves gendarmes débarquent en meute en plein centre d’Adjamé et deviennent subitement des voyous. Ainsi, sans que personne ne comprenne les raisons de leur changement, ces gendarmes en herbe se mettent à bastonner tout le monde sur leur passage.

Tous ceux qui ont le malheur de les croiser en prennent pour leur grade. Passants, chauffeur de taxi, de Gbaka, chacun est servi par un coup de cordelette ou de ceinturons. A Adjamé, en cette fin d’après-midi, c’est la débandade. Prendre ses jambes à son coup étant la meilleure des solutions pour échapper à ces brigands en tenue.

C’est pour comprendre ce qu’il se passait que la journaliste Diane Kablankan qui était dans les environs s’approche des hommes en tenue. Mal lui en a pris. Elle est violentée par ces apprentis gendarmes qui lui administrent de violents coups dans le dos. La journaliste crie sa douleur en direct dans un forum whatsapp.
La mobilisation des journalistes sur les réseaux sociaux pousse le Commandant supérieur de la Gendarmerie à réagir rapidement. Il reçoit la journaliste et promet une enquête. Entre-temps, les voyous en question sont privés de congés et sont rappelés au camp. Parmi ces excités, on note l’arrestation des nommés: Ouattara Brahima, Soro Dolorou Abdramane, Ziza Gninday Ives Dorgeresse, Fofana Mohamed.

« L’élève sous-officier de première année Zoré Zosiasse du peloton 122 de l’école de Gendarmerie Nationale d’Abidjan qui fait partie des majors de la promotion est l’un des instigateurs de ce désordre qui a mis en mal la quiétude des usagers », indique un communiqué de la Maréchaussée.

Afrikmag

Comments

comments

What Next?

Recent Articles