09202021Headline:

Football: Zinedine Zidane savait qu’une partie de son avenir se jouait hier soir

Sur la sellette, Zinedine Zidane savait qu’une partie de son avenir se jouait hier soir. Et avec la victoire face à M’Gladbach et la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le technicien tricolore a gagné un peu de répit.

Un succès qui vaut cher. Mercredi soir, le Real Madrid jouait plus qu’un match de football face au Borussia Mönchengladbach. Troisième de son groupe avant le coup d’envoi, les Madrilènes devaient soit l’emporter, soit obtenir un nul et espérer que le Shakhtar Donetsk ne s’impose pas dans le même temps face à l’Inter Milan lors de cette sixième et dernière journée de Ligue des Champions. Les Merengues étaient aussi attendus au tournant, car en plus d’un jeu peu emballant, les résultats obtenus récemment, c’est-à-dire les deux défaites face à Alavès puis le Shakhtar, avaient plongé le club dans la crise. Et comme souvent dans ces cas-là, l’entraîneur est le premier à être menacé.

Alors que la presse espagnole cherchait déjà son possible successeur et lâchait les noms de Pochettino, Raul et Allegri, le vestiaire madrilène, lui, faisait front derrière son coach. Un coach qui jouait donc sa tête cette semaine. Après un succès face à Séville en Liga samedi (1-0), les pensionnaires du stade Santiago Bernabéu devaient confirmer face à M’Gladbach en Champions League. Et les Espagnols l’ont fait de belle manière en s’imposant 2 à 0 grâce à un doublé de Karim Benzema. La soirée était d’ailleurs plus que parfaite, puisque le Real Madrid a même terminé en tête de son groupe avec 10 points. Une excellente nouvelle pour Zizou, dont on disait en Espagne qu’il pouvait être limogé avant le derby contre l’Atlético de Madrid le 12 décembre en cas d’échec en C1.

Après le match d’hier soir, Zinedine Zidane était forcément ravi. «C’est une énorme satisfaction. L’objectif était d’essayer de finir premiers et nous l’avons fait. Nous avons eu un match spectaculaire à tous les niveaux, de la première minute à la fin, en jouant très bien durant le match (…) Oui, je crois que nous avons joué notre match le plus complet. Aujourd’hui, globalement, nous avons joué un très bon match ». En plus du résultat, la manière était donc au rendez-vous. Pourtant, la pression était forte sur les épaules des Merengues. Des merengues meilleurs dos au mur ?

«Oui, mais on a été bons aussi sans pression. Nous avons joué de bons matchs. Je parle de tous les joueurs et de mon équipe, nous avons joué de très bons matches. Alors cette équipe a ça, quand les difficultés sont grandes, quand on doit gagner, oui, elle le fait (…) Benzema vient de le dire, j’ai été un joueur. Vous ne pouvez pas toujours bien jouer, c’est impossible. Essayez-le oui, nous essaierons toujours. Ils veulent toujours bien jouer». Heureux de terminer en tête de sa poule, Zidane a ensuite lâché ses vérités sur sa situation personnelle, lui qui était plus menacé que jamais. Cette victoire l’a-t-elle renforcé et sauvé ?

«Non, au final nous le sommes tous (renforcés). Nous sommes tous dans le même bateau. Je suis content pour les joueurs. Le plus important, ce sont eux, je suis ici avec eux en train de combattre, de préparer les choses, mais ce sont eux qui se battent et combattent. Je suis content pour eux.» Puis, quand un journaliste lui a demandé s’il se sentait comme le Alex Ferguson de Madrid, il a répondu : «je ne serai jamais le Alex Ferguson de Madrid, c’est sûr. Je ne sais pas combien de temps je vais rester ici, je n’y pense pas non plus. Je vis au jour le jour». Le Français est surtout déjà tourné vers la suite et le derby contre l’Atlético. «J’espère qu’on verra notre meilleure version. Maintenant, il faut bien se reposer», a assuré Zidane, qui a gagné un peu de répit.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles