06252022Headline:

Côte d’Ivoire: les déchets produits à Abidjan peuvent générer 35.000 emplois

Recyclés, les déchets ménagers produits à Abidjan, estimés à plus de 1,9 million de tonnes par an, peuvent générer 35.000 emplois, selon le ministre-gouverneur du District d’Abidjan, Robert Mambé.

M. Mambé exposait, mercredi, les résultats d’une étude à laquelle a contribué l’Institut de l’économie circulaire d’Abidjan, à l’occasion d’un atelier d’initiation des journalistes aux concepts de l’économie circulaire en lien avec le changement climatique.

“Selon une étude, si on utilise 10.000 tonnes de déchets, on peut générer 250 emplois. Avec la production des déchets à Abidjan, si l’utilisation est bien conduite, on peut créer au moins 35.000 emplois”, a-t-il dit.

Il a indiqué qu’ à Abidjan, on a en moyenne 1 Kg de déchets par jour et par habitant, soit plus de 1,9 million de tonnes de déchets par an. En outre, les déchets sont une richesse à la condition de savoir les gérer, en les réinjectant dans le circuit économique en créant d’autres produits.

“Avec les déchets, nous en avons pour au moins 10% d’impact sur la production des gaz à effet de serre”, a relevé M. Mambé, ajoutant qu’à Abidjan, chaque habitant produit en moyenne entre 0,9 Kg de déchets par jour et 1,3 Kg.

Dans les quartiers quartiers économiques, les populations abidjanaises produisent 0,9 Kg/jour, tandis que dans les quartiers haut standing les ménages produisent 1,3 Kg par jour, a-t-il fait observer.

Insistant sur le recyclage des déchets plastiques, il a noté que ce sont des matières premières qu’on peut réinjecter dans le circuit économique pour produire, entre autres, des pavés pour la circulation, des mobiliers de bureau ou des tables-bancs pour les étudiants.

Par ailleurs, avec les déchets, on peut produire des biogaz, utilisés pour faire de l’électricité, a-t-il poursuivi, tout en soutenant que “les ordures, c’est de l’or qui dure”, car lorsqu’ils sont recyclés avec ingéniosité, on peut en devenir riche.

“Les déchets sont une cause de changement climatique, à peu près 10% en ce qui concerne Abidjan, mais ils sont une richesse qu’on peut exploiter”, a-t-il poursuivi. Pour le ministre-gouverneur, les entrepreneurs doivent prendre conscience de la plus-value qu’on peut y apporter.

Le représentant du ministre de la Communication, des médias et de la Francophonie, Abdoulaye Kouyaté, s’est félicité de cette initiation des journalistes à l’économie circulaire, qui vient renforcer leurs capacités sur cette thématique.

L’atelier a été initié par l’ONG Lead. Selon le représentant régional de Lead Afrique Francophone, François d’Assise Coly, cette formation vise à créer une masse critique de leaders visionnaires et capables de promouvoir le développement durable.

Le directeur général de l’Institut de l’économie circulaire d’Abidjan, Bouganon Kopieu, a estimé c’est à partir des comportements des hommes que le climat a changé. Toutefois, l’on peut inverser la tendance des choses via nos attitudes.

Au terme de l’atelier, il a été mis en place un observatoire des communicateurs de l’économie circulaire et du développement durable. Cette entité est rattachée à l’Institut de l’économie circulaire d’Abidjan.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles