11282021Headline:

Menace terroriste : “Les Ivoiriens se passionnent pour la politique. C’est bien. Mais la sécurité conditionne tout le reste” (Fernand Dédeh )

Une autre attaque contre les forces de défense et de sécurité a été perpétrée dans la matinée du mardi 19 octobre. Selon l’État-major général des armées, il s’agissait d’un tireur embusqué, qui a été neutralisé. Dans une épître adressée à son confrère journaliste, Fernand Dédeh attire l’attention des ivoiriens sur l’importance de la sécurité. Selon lui la Côte d’Ivoire, devrait s’intéresser à sa sécurité au même titre que la politique qui la passionne. Voici l’épître à Barthelemy Zouzoua Inabo de ce 20 octobre 2021.

“Un tireur embusqué a ouvert le feu sur un poste d’observation des forces ivoiriennes a Tehini, dans le Nord-Ouest du pays, ce mardi 19 octobre 2021. Il a blessé un militaire dont le pronostic vital n’est pas engagé. Le tireur a été neutralisé. Deuxième attaque du genre, dans ce mois d’octobre 2021. Le 13 octobre, des inconnus armés avaient attaqué un corridor à Duékoué, dans le Guemon, faisant deux morts, un gendarme et un agent des Eaux et Forêts.
Les Ivoiriens se passionnent pour la politique. C’est bien. Mais la sécurité conditionne tout le reste. Les enquêtes n’établissent pas clairement la nature des attaques subies par les forces de défense et de sécurité. Elles ne sont d’ailleurs, jamais revendiquées. Tout laisse à penser que les inconnus armés qui agressent ou harcèlent les forces de sécurité, agissent dans le but de les démoraliser, percer ou tester les dispositifs en place, avancer par parties, pour assurer les trafics en tout genres.
Selon des informations recueilles sur le terrain et surtout, de l’autre côté de la frontière, la Côte d’Ivoire prend au sérieux la lutte contre les bandes armées. « Les appareils de surveillance du territoire et le matériel de pointe déployés sur le terrain l’illustrent amplement. Des terroristes basés dans des forêts ivoiriennes ont confié à des habitants de la commune de Mangodara qu’il est difficile de rester longtemps dans la forêt à cause des drones qui les repèrent et les filment en permanence. C’est pourquoi ils se sont déportés dans la. forêt de Mangodara. ». Selon la même source, « Batié est à 30 kilomètres de la frontière ivoirienne. Il est presqu’impossible de franchir la frontière côté Boussoukoula partout dans leur premier village il ya des FACI qui contrôlent tout.».
Seulement voilà, la sécurité zéro n’existe pas. Le renseignement et la riposte permet de mesurer l’état de vigilance et de professionnalisme des forces de sécurité et de défense. Il y aussi, la collaboration forte et franche entre les hommes chargés de la sécurité et la population.
Dans la région du Bounkani et plus particulièrement Tehini, l’on note des réfugiés venus de l’autre côté de la frontière et intégrés dans les familles d’accueil. Les chiffres disponibles varient de 2000 à 5000 réfugiés, selon les sources. Là ministre ivoirienne de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté a rendu visite aux populations de Tehini le 1er octobre 2021, apportant ainsi la compassion et le soutien du gouvernement aux personnes en détresse.
Après l’attaque du poste d’observation situé à un kilomètre de Tehini, ce mardi 19 octobre 2021, selon l’expression consacrée, les investigations sont en cours pour plus de détails. Force aux militaires, gendarmes, policiers et tous ceux qui se dressent chaque jour avec courage pour la sécurité des biens et des personnes et pour l’intégrité du territoire national.
Nul doute que la question sera abordée au conseil des ministres présidé ce jour, par ton Camarade…
Encadré/Politique nationale: Le regard de Anzoumane Moutaye
L’ancien ministre des Petites et moyennes entreprises, est engagé dans l’action politique. Anzoumane Moutaye est plutôt satisfait du vent de réconciliation qui souffle sur le pays, avec notamment la présence du RHDP au congrès constitutif du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo.
1- Monsieur le ministre, vous avez suivi l’actualité politique cette semaine. Elle a été particulièrement fournie. Vous étiez invité au congrès constitutif du parti des peuples africains, puis au conclave du PDCI-RDA. Quels commentaires en faites-vous?
Anzoumane Moutaye: Nois avons assisté le samedi 16 octobre 2021 au congrès constitutif du PPA-CI, nous avons été invités au titre de l’UNPR. Quand je regarde ce qui s’est passé en 2020 et ce que j’ai vu ce samedi à l’hôtel Ivoire, je pense qu’il y a des lueurs d’espoirs pour la Côte d’Ivoire. Tous les partis politiques (pouvoir et opposition) ont été invités à cette rencontre. Cela me réjouit parce que la naissance d’un nouveau parti, participe à la promotion de la Démocratie dans le pays et le fait d’inviter tous les partis politiques démontre que nous avons tous un objectif commun, la réconciliation nationale.
2- Tous les partis ont été invités vous l’avez dit et notamment, le parti au pouvoir. Vous avez surpris par la présence du RHDP?
A.M: Nous étions à l’hôtel Ivoire. Le parti au pouvoir a été invité. L’opposition aussi. Le fait d’inviter tous les partis politiques montrent que les Ivoiriens sont disposés pour la réconciliation. Nous tendons vers le dialogue politique, le dialogue entre les partis politiques. Il y a quelques mois, notamment en 2020, la situation était particulièrement tendue. Le dialogue entre-Ivoiriens était difficile. À l’hôtel Ivoire, ce samedi, j’ai échangé en toute fraternité avec Adama Bictogo. Ce qui n’était pas possible en 2020. C’est le signe que le climat est aujourd’hui apaisé. Preuve que la Côte d’Ivoire peut vivre en paix. Chaque homme politique doit mettre de l’eau dans son vin.
3- Depuis les dernières législatives, on ne vous a pas beaucoup entendu. À quoi consacrez-vous votre temps?
À.M: Je consacre mon temps à mes activités et aux contacts avec les parents et les militants. Je suis membre d’un parti d’opppsition.
Je m’occupe aussi de mon ranch au village. J’ai démarré l’élevage et l’agriculture avec les moyens modernes d’élevage et de production. J’ai été ministre des PME. Cela faisait partie de notre programme. Et je veux donner l’exemple sur le terrain.”

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles