06252022Headline:

Grande incidence de la cherté du manioc sur le poids de la boule d’attiéké à Grand Lahou

L’augmentation du prix du manioc a entraîné la réduction de la boule d’attiéké de 100 francs CFA qui passe de 400 grammes à 250 grammes, soit une baisse de 150 grammes à Grand Lahou (sud, région des grands ponts).

Les productrices de l’attiéké expliquent dans leur ensemble que cette réduction de la boule de l’attiéké est la conséquence de l’augmentation du prix d’achat du manioc bord champ.

« Le prix d’achat d’un chargement de tricycle de manioc qui fait à peine 600 kilogrammes et qui coûtait 45 000 frs CFA est monté aujourd’hui à 65 000 frs CFA, et cette situation ne peut que nous amener à revoir aussi le poids de la boule de l’attiéké destinée au consommateur sur le marché », a indiqué Beugré Agathe, une productrice à Taboué, à 3 kilomètres de Grand Lahou.

Des producteurs de manioc ont relevé que la flambée du prix de cette tubercule est la conséquence de plusieurs facteurs. Selon le cultivateur et producteur de manioc, Sansan Édouard, le coût de la main d’œuvre pour le nettoyage des champs est passé de 25 000 à 30 000 FCFA l’hectare, tandis que les produits phytosanitaires pour l’entretien ont vu leurs prix également augmentés.

Les consommateurs déplorent cette situation qui vient amplifier la cherté de la vie dans le département. « Nous consommons plus l’attiéké ici, et avec la flambée des prix, notre situation devient compliquée. Il est devenu difficile de se nourrir maintenant », a déploré un habitant de la ville, Amessan Albert.

L’attiéké est la principale source d’alimentation de la région. Sa production et sa commercialisation destinée au marché local et à l’exportation sont également devenues les principales activités des femmes de Grand Lahou

Comments

comments

What Next?

Recent Articles