05212022Headline:

Le Gabon redoute une marée noire près de Port-Gentil

Une fuite d’hydrocarbures fait craindre une marée noire, non loin de Port-Gentil, au Gabon. Le responsable n’est autre que Perenco, société qui avait été mise en examen dans ce pays d’Afrique Centrale, il y a moins d’un an, pour des faits de pollution et de dégradation des eaux.

Dans une note publiée le vendredi 29 avril, le groupe pétrolier franco-britannique Perenco a reconnu une fuite d’hydrocarbures, qui s’est déclarée la veille, jeudi, non loin de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon. L’entreprise assure tout mettre en œuvre pour prévenir tout dommage environnemental, a indiqué l’AFP qui a pu authentifier le document.

«Aucune pollution maritime n’a pu être constatée à ce stade», a indiqué Vincent de Paul Massassa, ministre gabonais du Pétrole et du Gaz. «Au moment de la fuite, le bac qui a une hauteur de 18 mètres était rempli à 60% et contenait 50 000 m3 soit 300 000 barils de pétrole brut en attente de chargement pour l’export», a poursuivi ce membre du gouvernement, dans un communiqué.

«Bien que le pompage ait été immédiatement initié par les équipes, la fuite s’est amplifiée et le pétrole s’est répandu de la citerne dans les merlons de rétention prévus à cet effet», précise le ministre, rassurant que «l’intégralité du pétrole a pu être contenue dans des bacs de rétention». Et de mettre en garde : «une enquête complète sur la cause de la défaillance de ce réservoir de stockage sera menée dans les meilleurs délais».

L’entreprise Perenco, qui, en juillet 2021, avait été mise en examen au Gabon pour pollution et dégradation des eaux par les hydrocarbures, a ; pour sa part, affirmé avoir mis en place des barrages flottants «à titre préventif». La société rassure s’activer à pomper les hydrocarbures retenus dans les bacs de rétention». Lesquels bacs se trouvent à une centaine de mètres de l’océan Atlantique. Ce qui fait craindre une marée noire, en cas de débordement.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles