05252022Headline:

Madagascar: la grogne des étudiants dans l’attente du versement de leurs bourses

Après les étudiants de l’École supérieure polytechnique qui sont sortis dans la rue en milieu de semaine, c’est maintenant au tour de ceux de l’Université d’Ankatso de réclamer quatre mois de bourses impayées. Un problème qui revient chaque année. La digitalisation des données au niveau des universités, commencée l’année dernière, devait faciliter ce paiement des bourses.

Devant la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université d’Ankatso, aucun des étudiants présents n’a reçu sa bourse depuis la rentrée du mois de novembre.

Pourtant, il y a urgence, explique Tafita, en première année de Master. « On est tous fatigués d’attendre. C’est normal si les étudiants manifestent parce que les prix des denrées n’arrêtent pas d’augmenter et on ne s’en sort plus. Moi, je suis obligé d’utiliser le même cahier pour plusieurs matières parce que je n’ai pas les moyens d’en acheter suffisamment. »

Des bourses comprises entre 25 000 et 40 000 ariarys par mois en fonction de l’année d’étude, soit entre 6 et 9 euros. Jean-Aimé, en 3e année de physique, fait partie des étudiants qui ont reçu leur carte e-poketra, un porte-monnaie électronique qui permet de retirer son allocation à un distributeur. Un dispositif qui devait aider à résoudre le problème de paiement des bourses.

« On a cette carte, mais il n’y a pas d’argent dessus alors qu’on attend depuis quatre mois, poursuit le jeune homme. On est obligé d’emprunter de l’argent à gauche et à droite et je suis tellement endetté. On se prive de beaucoup de choses. Quand je vais au marché, j’achète du riz et quelques herbes potagères. C’est juste pour se remplir le ventre. Les légumes, c’est très cher et je ne mange jamais de viande. Il faut toujours manifester pour que l’État paie nos bourses, mais normalement, on ne devrait pas avoir à réclamer. »

Une source au sein du ministère de l’Enseignement supérieur assure que les fonds pour le paiement des bourses sont bien disponibles. Mais des procédures, notamment la vérification d’éventuels doublons, sont en cours pour débloquer les montants sur les cartes distribuées aux étudiants.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles