07252021Headline:

Abidjan : une parcelle de 4 hectares au centre d’un litige entre le PAA et des chefferies

Un conflit foncier oppose le Port Autonome d’Abidjan (PAA) et les villages d’Abatta et d’Akouédo sur une parcelle de 4 hectares dans la commune de Cocody, précisément à la palmeraie extension.

Selon nos informations, ledit conflit qui perdure en dépit de la grosse obtenue par les riverains vient de connaitre un nouveau rebondissement.

Face à ce qu’ils qualifient d’inadmissible et de forfaiture, les villageois d’Akouédo et Abatta se disent déterminés à aller jusqu’au bout.

Du moins, c’est ce qu’ont laissé entrevoir Djomo Hyacinthe et Gbandbissé Germain, respectivement chefs des villages d’Abatta et, d’Akouédo au cours d’une rencontre avec la presse tenue le mardi 15 juin 2021.

« Nous sommes allés en justice contre le Port Autonome d’Abidjan. À la sortie nous avons eu une grosse qui confirme notre propriété et qui nous réconforte. À la suite de cela, le port autonome n’a jamais fait appel. Et chose étonnante, il se proclame toujours propriétaire. Moi, en tant que garant du village d’Akouédo, je le dis et je le confirme, nous n’allons jamais céder un m2 au port autonome d’Abidjan ou à ceux tapis dans l’ombre qui se font passer pour le port autonome. Lorsqu’on fait une projection démographique, le site du port, c’est ailleurs. Ils font un peu un forcing pour nous exproprier nos terres. », a martelé Djomo Hyacinthe, chef du village d’Abatta.

Dans la gestion des affaires foncières en pays Atchan, les chefferies montantes d’Abatta et Akouédo ne l’entendent plus de la même oreille que leurs prédécesseurs. Mais souhaitent mettre en valeur leurs terres plutôt que de les vendre.

Déterminés à défendre bec et ongles leur parcelle et convaincus que l’adversaire en face est dans une logique de guerre, les riverains d’Abatta et Akouédo ont lancé tant au Chef de l’Etat qu’aux membres du gouvernement, un appel afin de se saisir du dossier en vue de mettre fin à ce énième conflit foncier en pays Atchans.

Le Port Autonome d’Abidjan qui se réclamerait propriétaire de la parcelle à l’origine du conflit aurait prévu construire des logements pour ses agents.

Affaire à suivre

Koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles