07252021Headline:

Monde : les lois Yémen autorisent la peine de mort pour un large éventail de crimes

Un père a été exécuté publiquement au Yémen après avoir été reconnu coupable du meurtre de ses trois filles. Ali Abdullah al-Noami, 40 ans, a laissé ses trois filles Rahaf, 7 ans, Raghad, 12 ans, et Malak, 14 ans, se noyer dans un réservoir d’eau après une dispute avec sa femme. Ali Abdullah al-Noami a été condamné à mort par balle publique.

Avec deux autres tueurs d’enfants condamnés Abdullah Ali al-Mukahali, 38 ans, et Mohammed Abdullah Arman, 33 ans l’homme de 40 ans a été conduit sur la place Tahrir, au centre de la capitale constitutionnelle du Yémen, Sanaa, et contraint de s’agenouiller sur un tapis rouge.

Un bourreau brandissant un fusil d’assaut Kalachnikov AK-47 a ensuite tiré sur les trois hommes dans le dos à la vue d’une grande foule de spectateurs, dont certains filmaient les exécutions avec leurs téléphones portables et caméras vidéo.

Les lois actuelles au Yémen autorisent la peine de mort pour un large éventail de crimes, notamment le meurtre, l’enlèvement, le viol, l’adultère, l’homosexualité et un certain nombre d’infractions religieuses. Après que les trois hommes aient été abattus, un médecin a rapidement vérifié chaque corps pour s’assurer qu’ils étaient tous morts.

Les trois corps ont été enveloppés dans des sacs mortuaires blancs, que des soldats en tenue de camouflage ont ensuite emportés. Il s’agissait de la première exécution publique dans la ville depuis août 2018, lorsque trois hommes reconnus coupables d’avoir violé et tué un enfant ont été abattus, puis leurs corps ont été exposés suspendus à une grue.

ivoirwebtv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles