04202021Headline:

Côte d’Ivoire: l’inhumation de Diabakaté Soumahila, l’ancien Chef d’État major de l’armée demain

Grosse perte pour la Côte d’Ivoire, le Général de la deuxième section Diabakaté Soumahila, ex-Chef d’État Major de l’armée ivoirienne de 1999 à 2000, a tiré sa révérence à l’âge de 74 ans, au petit matin du 1er avril dernier dans une clinique à Abidjan des suites d’une maladie.

Selon le programme des obsèques de ce grand serviteur de la nation, le Général DIABAKATE Soumahila Ancien Chef d’État-Major sera inhumé le vendredi 9 avril au cimetière de Williamsville, après la grande prière du vendredi officiée par l’imam Diakité, à la grande mosquée de Angré.

Quelques heures plus tôt, la levée de corps du Général aura lieu à 7 heures à IVOSEP de Treichville, salle Félix HOUPHOUET BOIGNY et elle sera suivie d’une cérémonie d’honneurs militaires sur l’esplanade de l’État Major Général des Armées au Plateau.

Enfin suite à l’inhumation de l’ancien Chef d’État major de l’armée ivoirienne, la cérémonies de 7éme jour se tiendra le dimanche 11 mars à la grande mosquée d’Angré à partir de 9h.

Pour rappel avant d’occuper les fonctions de Chef d’État major de l’armée ivoirienne, le parcours académique de cet ancien enfant de troupe de l’Ecole Militaire Préparatoire et Technique de Bingerville (EMPT) a été émaillé de nombreuses distinctions et prix d’excellence en tout genre. Il est à noter qu’il est le tout premier Bachelier ivoirien de l’EMPT.

Sa brillante carrière le conduira à exercer les plus hautes fonctions militaires. Il commence en tant qu’instructeur à l’Ecole des forces Armées de Bouaké, d’où il sera muté au Ministère de la Défense, il est ensuite nommé Diplomate militaire (Attaché de Défense adjoint) près l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris, étape de son parcours où il enrichira son expérience des relations internationales, tout en consolidant son parcours académique dans de Grandes Ecoles.

Il gravit vite les échelons et sera nommé lieutenant-colonel à 37 ans, ce qui lui vaudra le sobriquet taquin de « Colonel Papou ». Son premier commandement sera celui du très stratégique 1er bataillon du Génie de Bouaké au début des années 90.

Ses états de service et sa gestion rigoureuse et dynamique du Génie militaire le conduiront à l’Etat-major des Armées en qualité de sous-chef Emploi et Opérations. C’est une étape importante de sa carrière, au cours de laquelle il montrera ses aptitudes au grand commandement en étant Directeur de l’exercice militaire franco-ivoirien baptisé « Eléphant 97 » à Bongouanou.

C’est à peu près sans surprise qu’il occupera la plus haute fonction militaire, celle de Chef d’Etat-Major des Armées et assumera cette fonction avec beaucoup de dextérité et l’esprit républicain qui l’a toujours caractérisé, dans un contexte d’exception que fût la transition militaire.

Dans un environnement marqué par l’impératif de refonte de l’armée, il sera chargé de la rédaction de la loi de programmation militaire 2002 – 2007.

Son expertise et son expérience seront à nouveau sollicitées en qualité de Conseiller Spécial du Premier Ministre Seydou DIARRA, chargé du PNDDR en 2004. Il achèvera sa carrière militaire à la Primature en tant que Conseiller Spécial du Premier Ministre, chargé de la défense en 2007.

Après son passage en 2eme section (La retraite des Généraux, qui n’en est pas vraiment une), le Général DIABAKATE est retourné à ses premiers amours, l’architecture.

Cependant, Il a continué à jouer un rôle actif au sein de l’Association de Officiers Généraux de la Deuxième Section, qui s’attelle à apporter occasionnellement et à sa demande des conseils et des orientations à la tutelle, le Ministère de la Défense, dans le cadre de la réforme des Forces Armées.

Enfin, les militaires gardent de lui le souvenir d’un militaire dans l’âme, doté d’une culture républicaine et d’un engagement au service de la nation sans faille. Cultivé, agréable mais rigoureux, il s’est toujours tenu loin des arènes politiciennes.

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles