07252021Headline:

Côte d’Ivoire: en colère, l’ex-ministre Mamadou Sanogo charge la direction du RHDP

Candidat victorieux des législatives partielles à Ouaninou Mamadou Sanogo charge la direction du RHDP. Dans une vidéo qui circule depuis le lundi 14 juin 2021, l’ancien ministre de la Construction, Mamadou Sanogo, dénonce les agissements de la direction du parti présidentiel, le RHDP.

Après avoir remporté les législatives partielles du samedi 12 juin 2021 à Ouaninou, Mamadou Sanogo a profité pour régler ses comptes avec le directeur exécutif du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). D’entrée de jeu dans la vidéo qui circule depuis hier, le responsable des élections au sein du parti d’Alassane Ouattara traite ses adversaires internes « d’incultes politiques ». « Ils sont politiquement incultes », commence-t-il, avant d’affirmer qu’il a accepté de livrer bataille lors de cette reprise des législatives « en pensant à Alassane Ouattara ».

GROSSE COLERE DE L’ANCIEN MINISTRE

Ensuite, il a lancé un avertissement à la direction du RHDP. « Mais s’ils continuent, ces gens de la direction, ils se reconnaissent. On n’a même pas besoin d’eux ici à Ouaninou pour nous soutenir. Ils vont tuer le RHDP. Ce n’est pas comme ça on dirige un parti », s’est indigné de cadre du parti présidentiel. Visiblement très remonté contre la direction de son parti, Mamadou Sanogo a informé son auditoire avoir été convoqué à deux reprises par la direction de son parti où il s’est fait représenter par son directeur de cabinet. « Je n’ai pas besoin d’eux ici à Ouaninou ici pour confirmer ma victoire », a-t-il insisté.

Incisif, percutant tel un fauve blessé, ce collaborateur de longue d’Alassane Ouattara assène les coups sans retenue à ses camarades de la direction du RHDP. « Ces personnes-là, qui ont quitté le RDR pour aller voir ailleurs, on se connait dans ce parti. Sous le général Guéi Robert, on sait où ils sont allés. Sous Laurent Gbagbo, on sait où ils sont allés », a poursuivi l’ancien ministre de la Construction. Selon celui qui a été débarqué du gouvernement à la faveur du dernier remaniement, il y aurait eu un complot interne contre lui au sein de son parti. « Ils ont reçu l’indépendant à leur cabinet.

Nous sommes au courant que l’indépendant a été reçu par certaines personnes. L’indépendant a été reçu par celui dont je parle », accuse-t-il, avant de dire que celui dont il parle « n’est pas la bienvenue ici à Ouaninou». Avec des mots forts, il a exprimé son mécontentement et a demandé aux populations de ne pas être elles aussi contents. Selon lui, l’on attendait qu’il perde ces législatives pour brandir cela comme son incapacité à remporter une élection, le responsable des élections qu’il est au sein du Rhdp. Continuant, l’ancien membre du gouvernement a dénoncé comment s’est fait le choix des candidats dans le Bafing où il est le premier responsable du parti.

LES MAUVAISES PRATIQUES DU RHDP MISES A NU

Mamadou Sanogo a également remis en cause la gestion des réclamations au Conseil constitutionnel. Tout en affirmant que consigne a été donnée aux avocats du RHDP de ne pas s’occuper de son cas, il révèle que l’on a influencé la décision du Conseil constitutionnel. « On a demandé que les gens donnent la décision sans que je n’ai le temps de réagir. Et vous savez que la décision de la Cour est sans appel. Je découvre comme ça qu’on reprend les élections. On ne peut pas me dire pendant deux mois quelle est la raison pour laquelle on reprend ces élections. Il a fallu que je menace de faire une conférence de presse pour qu’on me produise l’arrêt », a-t-il fustigé.

Pour finir, il a dénoncé ce qu’il qualifie de banalisation des cadres du Rassemblement des républicains (RDR), au sein du RHDP. Il a cité nommément Cissé Ibrahim Bacongo, Odjé Tiacoré et Karamoko Yayoro qui seraient banalisés par ces personnes « politiquement incultes » du RHDP. Pour rappel, Mamadou Sanogo avait vu son élection annulée suite à une requête de son adversaire, Abdoul Amahra Diomandé, derrière qui il voit la main cachée de la direction de son parti.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles