01232021Headline:

Assoa Adou à la populations ‘’Dès ce lundi, envahissez les centres d’enrôlement pour vous faire établir gratuitement vos CNI’’

Nous sommes ici pour ne pas parler longtemps. Je suis là pour vous expliquer pourquoi nous sommes rassemblés ici aujourd’hui. Nous sommes ici pour dire non, non et non au despotisme,  non à un régime antidémocratique. M. Alassane Ouattara nous dit, je m’en vais, je vais modifier la constitution et je vais vous donner un héritier. Nous ne sommes pas dans un royaume, mais dans une république.

Dans une république on procède au vote. Donc nous ne voulons pas de la constitution de M. Ouattara. Déjà en 2016, il a trompé les ivoiriens. Il présente M. Duncan qui n’a pas été élu devant une assemblée composée en majorité de députés bénis oui oui et il le brandi comme son vice président.

Nous ne sommes pas dans un royaume, nous ne voulons pas un royaume en Côte d’Ivoire mais une république. La deuxième raison pour laquelle nous sommes réunis ici, c’est de mettre fin à destruction des services publiques en Côte d’Ivoire. Le jeune l’a dit et Mme Lorougnon l’a dit, c’est le tribalisme. On a tout détruit. Même pour renter à l’ENA aujourd’hui, il faut une liste et n’importe qui ne peut pas figurer sur cette liste.

La Côte d’Ivoire a été détruite, l’école a été détruite et que sais-je encore. Nous sommes réunis donc pour dire non à la destruction des biens publics de notre pays. Nous sommes réunis aussi ci pour dire non au rattrapage ethnique qui est plus qu’un cancer. Je dirais aujourd’hui qu’il est un coronavirus. Oui, il a introduit cela dans le peule de Côte d’Ivoire, il nous a inoculé cela. Aujourd’hui, un frère du sud se méfie d’un frère du nord, un frère de l’est se méfie d’un frère de l’ouest. Non,  nous ne voulons pas de ce système qui doit être balayé. Ce n’est pas le changement d’homme, mais de tout le système qui doit être balayé. Nous sommes ici pour combattre ce que M. Ouattara a introduit dans ce pays, c’est-à-dire, le mépris de la vie humaine, la corruption , OUI la corruption qui s’est développée à une échelle jamais égalée dans notre pays. Pis, ceux qui détournent les derniers publics ne sont même pas poursuivis, bien au contraire, il gagne en galon parce qu’ils ont compris la leçon.

Nous sommes ici comme je le dit pour qu’ensemble, nous nous levions parce que nous avons trop parlé, nous avons trop dit du mal que M. Ouattara a fait à la Côte d’Ivoire  et les jeunes ont raison. Aujourd’hui, il faut se lever. Le dernier élément en dehors du tripatouillage de la constitution est l’établissement des Cartes Nationales D’Identité. Imaginez-vous, Yopougon n’a qu’un seul centre d’enrôlement. Au départ, c’était 400 personnes par jour, après 200.  Cocody a également un seul centre avec deux agents pour faire l’enrôlement. Chacun fait 24 par jour et cela fait 48 par jour. Jeune de Côte d’Ivoire, allez vous accepter cela ? Alors le front Populaire Ivoirien dit à partir de maintenant, dès lundi, envahissez les centres d’enrôlement. Vous avez le droit d’avoir vos CNI. Et vos CNI doivent être délivré gratuitement.

Le professeur Maurice Kakou Guikahué avait dit la banque mondiale a donné 30 milliards, mais il était en deçà de la réalité parce que l’Union européenne a également donné 30 million d’Euros. . Donc quand vous additionné tout cela, on pose la question suivante ? Où sont passés ces colossales sommes, qu’est ce qu’on a fait de ces sommes ? Alors dès lundi, la semaine qui arrive partout réclamez vos CNI ; Mais nous disons aussi que la Côte d’Ivoire ne  peut pas rester et voir instaurer insidieusement un régime despotique. Donc nous devons nous lever pour réclamer le retour de tous nos exilés, la libération de tous nos prisonniers civils et militaires, mais surtout un dialogue Franc, inclusif où toutes les forces politiques, toutes les forces vives de la nation se retrouvent pour définir une nouvelle Cote d’Ivoire, la Côte d’Ivoire que nous voulons.

Alors chèrs frères et sœurs, camarades, il nous appartient de nous lever pour que nos leaders se retrouvent. Nous rêvons de voir autour de la table, M. Ouattara aujourd’hui le président de la république, le président Laurent Gbagbo, le président Bédié et M. Soro Guillaume, les protagonistes de la crise en Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.

africanewsquick.net

Comments

comments

What Next?

Related Articles