07022022Headline:

France : la production de logements neufs en panne sèche

Les promoteurs immobiliers ne cachent pas leur inquiétude devant l’effondrement du nombre de ventes de logements neufs : elles ont chuté de 20,2 % au premier trimestre, par rapport à la même période de 2021. Quant aux réservations, elles sont aussi en baisse (29 628, contre 37 139 un an auparavant). Il ne s’agit pas d’un défaut de demande, mais d’une offre commerciale qui n’arrive pas à se renouveler et reste un tiers en dessous de son niveau de 2018 ou 2019. Les stocks fondent et les promoteurs vendent dans des délais records, de 7,7 mois en moyenne, contre 11 ou 12 habituellement.

« Le moteur cale, faute d’essence !, résume Pascal Boulanger, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Nous n’avons jamais si peu vendu depuis 2012, le volume des projets n’a jamais été aussi faible et les clients institutionnels, investisseurs, bailleurs sociaux, ont réduit leurs achats, faute de projets. Le nombre de logements vendus en bloc est, lui, en baisse de 31 %, tandis que celui des ventes à l’unité, aux propriétaires occupants, diminue de 8,3 % », précise-t-il.

Les bailleurs sociaux ont aussi bien du mal à faire sortir des projets. « Il y a eu 104 800 agréments en 2021, alors que la ministre en attendait 120 000, et tous ne seront pas utilisés car la hausse des coûts de construction ou certains appels d’offres infructueux empêchent d’engager les chantiers, et j’anticipe encore moins d’opérations en 2022 », détaille Marcel Rogemont, président de la Fédération des offices publics de l’habitat.

L’inflation et la hausse des prix des matériaux – carrelages, tuiles, métaux, bois, PVC, verre, isolant, plâtre, peinture, colle, adhésif… –, exacerbée par les tensions internationales sur les prix de l’énergie, font, en effet, flamber les coûts de construction de 15 % à 20 %, entraînant un renchérissement du prix final, pour l’acquéreur, de 7 % à 10 %.

Un autre frein à la construction est l’accès de plus en plus restreint au crédit, dont les taux et les frais d’assurance sont en hausse. La solvabilité des acquéreurs est déjà fragilisée par un mètre carré neuf toujours plus cher : en moyenne de 4 524 euros en région, soit + 5,8 % par rapport à 2021, et de 5 573 euros en Ile-de-France (+ 3,4 %), où, cependant, un certain plafond semble atteint, à en croire certaines publicités offrant, par exemple, une cuisine ou les frais de notaires.

Plus préoccupante encore, pour la FPI, est la réticence des maires à délivrer des permis de construire. Ces autorisations ont pourtant bien, au premier trimestre, connu un sursaut, à 134 400, soit 25 % de mieux qu’en 2021, ce dont se félicitait alors la ministre du logement, Emmanuelle Wargon. « Mais cette hausse est artificielle, car alimentée par un pic de demandes de permis déposés fin 2021, avant l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2022, de la nouvelle réglementation environnementale, dite RE2020, bien plus exigeante, pronostique M. Boulanger. Dès les deuxième et troisième trimestres, le chiffre va retomber. »

Comments

comments

What Next?

Recent Articles