06272022Headline:

Peste porcine africaine : un foyer détecté dans l’ouest de l’Allemagne, près de la frontière française

C’est la première fois qu’un cas est découvert à la frontière occidentale de l’Allemagne, à l’ouest du Rhin. Un foyer de peste porcine africaine a été détecté dans un élevage allemand situé à six kilomètres de la frontière française, à Forchheim am Kaiserstuhl, a annoncé le ministère français de l’agriculture, jeudi 26 mai.

Les 35 porcs élevés en plein air que compte l’élevage touché ont tous été abattus. « Aucun cas n’a été identifié à ce stade au sein de la faune sauvage dans la zone alentour », a précisé le ministère, qui lancera une cellule de crise « la semaine prochaine » avec « l’ensemble des professionnels et services de l’État ». L’introduction de ce virus en France « pourrait avoir des conséquences socio-économiques et sanitaires graves pour les filières professionnelles concernées », prévient le ministère de l’agriculture sur son site.

En lien avec la Commission européenne, une zone de protection et de surveillance est mise en place par les autorités allemandes, qui vont « intensifier les recherches de carcasses de sangliers et contrôler les exploitations agricoles aux alentours ».

La peste porcine africaine circule dans la faune sauvage en Italie depuis plusieurs mois et les premiers cas y ont été détectés en janvier, dans le Piémont (nord-ouest). La région voisine de Ligurie est également touchée.

Un plan d’urgence pour endiguer le virus dans la région de Rome, qui compte huit cas depuis le début de l’année, a été lancé. Une zone rouge d’un périmètre de 65 kilomètres dans le nord de la capitale a été définie et sera entourée d’une clôture de 1,5 kilomètre de haut.

La principale association agricole italienne, la Coldiretti, a alerté le gouvernement mi-mai sur un virus qui « met en péril les 29 000 élevages italiens et un secteur économique stratégique générant un chiffre d’affaires annuel de 20 milliards d’euros et employant une centaine de milliers de personnes ».

La Coldiretti a exigé « de nouvelles interventions rapides pour l’abattage et la lutte contre la prolifération des sangliers dans tout le pays » pour stopper la diffusion de la maladie. « Un plan d’abattage sera lancé d’ici un mois », a précisé le secrétaire d’Etat à la santé, Andrea Costa, le 18 mai.

La maladie ne touche que les porcs, sangliers et phacochères. Non transmissible aux humains, le virus peut cependant survivre plus de deux mois dans des viandes et charcuteries issues d’animaux atteints.

Il se transmet d’un animal à un autre par la consommation de denrées infectées – par exemple si des porcs domestiques sont nourris avec des restes – ou par contact avec tout support contaminé. La France a connu des foyers sporadiques en 1964, 1967 et 1974, mais depuis est indemne.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles