04222024Headline:

Le Tilapia, le poisson vedette au Festival de la marmite de Lomé

Au Togo, la deuxième édition du Fesma, prend fin dimanche. Pendant une dizaine de jours, des acteurs de la cuisine africaine ont valorisé les produits et les plats africains.

Préparation minutieuse de petits fours. Au menu aujourd’hui, un cake au souchet crème citron.Maëlle Acakpo l’une des chefs présente sur le festival a tenu à confectionner sur le stand de la master class, un cake au souchet crème citron.

Militante de la pâtisserie sans gluten, la béninoise a plutôt choisi une recette à base de farine de fonio, du citron, du sirop de bissap, bref des produits 100 pour 100 locaux. Elle l’affirme haut et fort, elle veut que depuis l’agriculteur jusqu’au consommateur, la chaîne soit valorisée. “Je milite dans le sens ou je veux contribuer à l’économie de mon pays. Je veux d’abord manger sainement et permettre aux gens de pouvoir se faire plaisir quelque soit leur allergies.” a-t-elle expliqué.

Plus loin, son collègue ivoirien acquiesce. Ésaïe Yapi N’CHO aussi croit qu’il faut donner plus de valeur aux produits locaux. Pour l’illustrer, il a choisi de transformer l’attiéké, un mets populaire ivoirien en plat gastronomique avec des produits frais, sains et choisis avec attention.

“Nous les chefs de cuisine, notre rôle c’est de travailler le produit, le valoriser dans l’assiette. C’est ce challenge que nous avons en tant que chef africain. Si nous ne donnons pas d’accessibilité à nos produits, il serait difficile pour nous de nous étendre” défend-t-il.

Le Tilapia, produit du terroir vedette au Fesma
Dans les couloirs du festival, des centaines de produits exposés ont aiguisé la curiosité des festivaliers. Du poulet made in Togo, du café, des condiments. Mais la vedette cette année c’est le tilapia “made in Togo” jugé ici comme soucieux du monde de demain.

Avec 1800 tonnes de Tilapia produites en 2022, Pierrot Akakpovi qui dirige Lofty Farm, une ferme piscicole dans le centre du pays, est le roi du Tilapia au Togo. Ce poisson élevé en eau douce est aujourd’hui jugé crucial dans la sécurité alimentaire des pays africains. Selon lui, c’est avant tout le savoir-faire togolais qu’il faut d’abord produire pour impulser la revalorisation des produits du terroir.

“Regardez les français, la manière dont ils vantent leur fromage. Nous devons nous considérer nous même. Nous donner de la valeur. C’est à cette seule condition que nous allons avancer comme cela se doit. Tout part de l’agriculture, tout part de la terre. Si nous nous mettons au travail, je crois que rapidement la tendance sera renversée puis le jeu sera fait” a déclaré Pierrot Akakpovi.

Outre les séances de dégustation, ce rendez-vous de la gastronomie africaine a également l’occasion d’offrir des démonstrations des tendances culinaires et des nouvelles techniques des cuisines africaines.

What Next?

Recent Articles