06132021Headline:

Justice: ”ils ont voulu me corrompre avec de l’argent” Rigobert Soro

Il y a eu comme un froid glacial qui a parcouru la salle d’audience du tribunal criminel mercredi 9 juin 2021. Le benjamin de la fratrie Soro, le Commissaire Rigobert Soro a fait une révélation qui a jeté l’émoi dans l’assistance.

Le commissaire Rigobert Soro a longtemps hésité avant de se résoudre à faire ses révélations. Selon lui, étant lui-même policier, il préférait garder le silence sur ce qu’il a subi lors de son interrogatoire. Finalement, il s’est résolu à raconter le calvaire qu’il soutient avoir subi dans les locaux de la Direction de la sécurité territoriale (Dst).

Le jeune frère de Guillaume Soro dit y avoir été gardé au secret, pendant 10 jours, dans une cellule. Laquelle ne comporterait ni fenêtre, ni lumière encore moins un lit. Il dit que deux à trois fois par jours, il était extrait de cette cellule pour un interrogatoire musclé dans une autre pièce. Le jeune commissaire dit avoir réclamé, en vain, l’assistance d’un avocat pendant les différentes séances d’interrogatoire et qu’il a dû finalement signer le procès-verbal d’interrogatoire pour faire cesser les coups qui pleuvaient régulièrement sur lui. « Vous avez vu dans quel état je suis arrivé ici à l’audience les premiers jours. J’étais enflé de partout » s’est-il plaint.

Les scènes de tortures racontées étaient certes émouvantes, mais ce qui a arraché un murmure d’indignation dans la salle, c’est quand le plus jeune des Soro a affirmé ceci : « l’officier qui m’interrogeait m’a promis de l’argent et des galons pour que j’accuse Guillaume Soro d’avoir voulu faire un coup d’État ». Ce que naturellement, il dit avoir refusé parce que les liens de sang, ça ne se récuse pas.

Avant ses révélations, le Commissaire de police a raconté les circonstances de son arrestation. A l’entendre, c’est suite à une réunion convoqué par le Directeur général de la Police où il a été convié qu’il fut mis aux arrêts sans ménagement. C’est de la direction général de la police qu’il a été conduit à la Dst.

Rigobert Soro a estimé par ailleurs, ce qui lui est reproché, c’est justement ses liens de sang avec l’ancien président de l’Assemblée nationale.

foule s’est déplacée encore nombreuse pour l’audience de ce jour

Notons que Rigobert Soro est poursuivi pour des faits de « complot contre l’autorité de l’Etat et d’atteinte à l’intégrité du territoire national. » Il était à la barre avec l’autre frère de Guillaume Soro, Simon Soro, le Chef du Protocole de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Koné Kamaraté alias Soul to Soul et l’ex-député de Fresco, Alain Lobognon.

Comme c’était prévisible, les avocats de la défense d’un côté, et de l’autre, le procureur de la République et les avocats de l’État ont longuement croisé le fer sur des querelles de procédure et sur la recevabilité de certaines pièces du dossier que les conseils des accusés dit n’avoir aucune connaissance.

La prochaine audience est prévue pour demain, avec la poursuite de l’interrogatoire d’Alain Lobognon ouvert cet après-midi même.

Théodore Sinzé

Comments

comments

What Next?

Recent Articles