12042021Headline:

Côte d’Ivoire / Dialogue politique: Adjoumani sans pitié pour Bédié

Le porte-parole principal du (RHDP) au cours d’un point de presse a dit sa part de vérité au président du parti démocratique de Côte d’Ivoire, (PDCI RDA), Henri Konan Bédié au sujet du dialogue politique engagé.

Animant un point de presse le dimanche 22 novembre 2020 au siège provisoire du RHDP au deux plateaux vallon, Adjoumani Kobenan a dénoncé un chantage du président de la CDRP contre le président Ivoirien nouvellement élu Alassane Ouattara.

« Au lieu donc de saluer les mesures de confiance instaurées par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA et de s’inscrire résolument dans le sens de l’apaisement, Monsieur Henri Konan Bédié, contre toute attente, préfère engager l’épreuve de force avec le pouvoir.
Pourquoi avoir accepté de rencontrer le Président Alassane Ouattara à l’hôtel du Golf le 11 novembre dernier, alors que Messieurs Guikahué, N’Dri Narcisse et consorts étaient déjà dans les liens de la détention, et faire aujourd’hui de l’exigence de leur libération immédiate, une condition sine qua non à la poursuite de ce dialogue ? Monsieur Henri Konan Bédié serait-il un chef de file sous influence ou sous le contrôle de ses faucons ? », A t-il dit.

Notons que le président Henri Konan Bédié, dans un communiqué en date du vendredi 20 novembre 2020 a posé les conditions de la libération de ses ” Frères ” incarcérés lors des violences électorales et le retour sans condition des exilés politiques en Côte d’Ivoire.


COMMUNIQUE DU PRESIDENT DU PDCI-RDA, PRESIDENT DE LA COORDINATION DES PLATEFORMES DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE

Ce samedi 21 novembre 2020, seront organisées les différentes obsèques de quelques victimes de la barbarie sans nom du régime RHDP, dans le MORONOU, l’IFFOU, SUD-COMOE et l’AGNEBY-TIASSA.

Cette journée noire qui marque l’inhumation de sept jeunes, arrachés dans la fleur de l’âge à l’affection de leurs familles, dans des circonstances atroces, sera gravée en lettre de feu dans la mémoire collective en Côte d’Ivoire et dans le monde.

Le crime de ces jeunes aura été le courage d’avoir assumé leur devoir républicain et civique de manifester pacifiquement contre la violation de la Constitution de leur pays.

A cette douloureuse occasion, en ma double qualité de Président du PDCI-RDA et de la Coordination des plateformes de l’opposition ivoirienne, j’adresse mes sincères condoléances aux familles éplorées.

Je m’incline avec respect, affection et compassion devant la mémoire de ces jeunes trop tôt disparus :
✔ EKRA MOREL, tué par balle le 19 OCTOBRE 2020 à BONOUA.
✔ Kadjo Kadimasso Junior, abattu le 1er novembre à GOMON(Sikensi);
✔ Esmel Dominique, décédé le 9 novembre 2020 à Dabou ;
✔ Kouassi Yao Jean ; tué le 9 novembre 2020 à Daoukro
✔ N’guessan Koffi Toussaint, mort par décapitation le 9 novembre 2020 à Daoukro.
✔ N’guessan Békoin Auguste, tué par balles le 10 Novembre 2020 à M’Batto
✔ Coulibaly Ibrahim, décédé le 11 Novembre 2020 à Daoukro.

Je partage la peine et l’affliction de toutes les familles endeuillées et les rassure que les juridictions internationales seront saisies pour situer les responsabilités, en faisant la lumière sur toutes ces tueries.

Je partage l’affliction des parents de ceux dont l’inhumation a déjà eu lieu et pour celles qui seront programmées ultérieurement.

Dans ces moments de douleur, je prie toutes les Ivoiriennes et tous les Ivoiriens ainsi que les hommes épris de justice, de paix et d’équité d’observer, partout où ils se trouveront sur toute l’étendue du territoire national, ce samedi 21 novembre 2020, à 12 heures, une minute de silence en la mémoire de nos chers disparus.

Prions tous pour que leurs âmes reposent en paix dans la lumière du Seigneur !

Fait à Abidjan, le 20 novembre 2020

Le Président Henri Konan BEDIE

Comments

comments

What Next?

Related Articles