01242021Headline:

Côte d’Ivoire: « Soro qui a envoyé Ouattara au pouvoir en chassant Gbagbo, nous a rejoints en exil », Katinan Koné

L’ex-ministre, Justin Katinan Koné, président de la coordination du Front population ivoirien (FPI) en exil était le lundi 23 décembre 2019 dans le camp de réfugiés de Egyekrom au Ghana. Il y était pour apporter de la joie aux enfants en cette période de fête de Noël. Il en a profité pour dénoncer le détournement de l’avion de Soro au Ghana qui selon lui, est l’œuvre du président Alassane Ouattara.

La coordination du FPI, de Laurent Gbagbo en exile au Ghana, avec à sa tête l’ex-ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget, Justin Katinan Koné était à la tête d’une forte délégation du parti le lundi 23 décembre au camp d’Egyekrom pour un arbre de Noël. Plusieurs centaines de jouets et un repas ont été offerts aux enfants du camp.

A l’occasion, le porte-parole de Laurent Gbagbo n’a pas manqué de se prononcer sur ‘’ l’affaire Guillaume Soro’’, tout en rappelant certains faits. « Je voudrais avant toute chose vous dire quelque chose. Gbagbo n’est pas n’importe qui. Guillaume Soro doit comprendre aujourd’hui que quand on disait que ce monsieur n’était pas n’importe qui, c’était vrai. Voyez-vous, son avion a atterri au Ghana parce que Ouattara n’a pas accepté qu’il atterrisse en Côte d’Ivoire », a expliqué le porte-parole de l’ex-président ivoirien déchu.

« Ouattara que Soro a envoyé au pouvoir en chassant Gbagbo qu’on a envoyé à la CPI et que maintenant qu’il est acquitté qu’on le fasse venir, Soro dit : « je rentre chez moi, dans mon propre village ». Il prend son avion ; il arrive, on lui dit : « tu n’atterris plus en Côte d’Ivoire. Va où tu veux ». Et il atterri au Ghana. Donc, on a un refugié de plus. Je ne le dis pas pour me moquer de mon petit frère Guillaume Soro », a-t-il rappelé.

LE CONSEIL DE KATINAN KONÉ
« Quoi qu’on dise, c’est mon petit frère. Nous venons tous du nord. Même s’il déconne, on ne peut pas souhaiter l’exil même à son pire ennemi. Mais, je le dis pour l’histoire, pour l’humanité. Je le dis pour que nos enfants, nos aînés qui sont tous ici, comprennent quelque chose. Ne remboursez jamais le bien qu’on vous fait par le mal », a conseillé Katinan Koné.

De fait, Justin Koné Katinan, en exil à Accra depuis le 11 avril 2011, fait l’objet de mandats d’arrêt pour crimes économiques et meurtres mais, pour le moment, le Ghana refuse de le livrer à Abidjan.

Issu du gouvernement d’Aké N’Gbo du 7 décembre 2010, le camp Ouattara lui reproche d’avoir usurpé la somme de 300 milliards FCFA à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et d’avoir participé au meurtre de deux hommes pendant la crise postélectorale.

Lire sur afrik soir

Comments

comments

What Next?

Related Articles