05212024Headline:

Braquage portant sur la somme de 70 millions de frcfa à Soubré : Ce qui aurait fait couler les bandits

Le gang de bandits qui s’était illustré dans ce mois d’avril en emportant la somme de 70 millions de francs cfa d’un opérateur économique dans la ville de Soubré a été démantelé par des éléments de la Brigade de recherche et d’intervention. Selon nos sources, un détail aurait fait couler les braqueurs.

La ville de Soubré, chef-lieu de la région de la Nawa, a été le théâtre d’un braquage spectaculaire dans la matinée du mardi 9 avril 2024. Un opérateur économique répondant aux initiales S.H. fait appel à son gérant répondant aux initiales A. H., un proche parent, pour le dépôt de la recette, dans une structure bancaire de la ville.

De son lieu de travail, A. H. saute dans son véhicule pour rejoindre aussitôt son aîné, patron afin de récupérer le colis contenant la somme de 70 millions de FCFA à acheminer à la banque. Sur la voie internationale qui traverse la ville pour rejoindre le domicile du boss, un embouteillage s’invite à la partie. Néanmoins, A. H. réussit à se faufiler entre ces véhicules pour vite arriver chez l’opérateur économique.

Une fois le colis récupéré, il est déposé sur les sièges arrières du véhicule. Il prend la direction de la banque destinée à recevoir le dépôt, au quartier Nawa de Soubré. Quelques minutes après le parcours, sur l’arête secondaire de la ville qui part de la station-service total au feu situé non loin de la Brigade de gendarmerie, le véhicule de A. H. qui passait au ralenti sur un dos d’âne est dépassé par deux quidams à moto qui subitement s’arrêtent, retournent et positionnent la moto nez à nez avec le véhicule.

Les portes arrières étant condamnées, il tire à bout portant sur les vitres qui cèdent.
L’un des bandits descend et pointe une arme sur l’occupant du véhicule. Surpris et pris de panique, le chauffeur descend pour prendre ses jambes à son cou, abandonnant sur le lieu son véhicule. Le quidam procède à la fouille de la voiture et aperçoit le colis sur les sièges arrières. Les portes arrières étant condamnées, il tire à bout portant sur les vitres qui cèdent. Une fois le colis récupéré, le héros rejoint son acolyte qui l’attendait sur la moto.

Les rafales des kalachnikovs libérées pour se frayer le chemin effraient les riverains impuissants qui les regardent se fondre dans la nature. Mais dans toute histoire de crime, seul un faux pas où un seul détail peut trahir. C’est le cas de nos braqueurs qui dans la récupération du colis dans le véhicule ont dû laisser tomber l’un de leurs téléphones portables.

What Next?

Recent Articles