12182017Headline:

Audience du Blé Goudé ce lundi 29 septembre: Ce qui s’est passé au tribunal

ble goude discour

Charles Blé Goudé, l’ex-bras droit du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, comparaît à partir de lundi devant la Cour pénale internationale afin de déterminer s’il doit être poursuivi pour crimes contre l’humanité.

Lors de cette audience de confirmation des charges, la procureure Fatou Bensouda et ses collègues ont développé des arguments et plusieurs éléments de preuve. Une série de photos, de cartes géographiques et de vidéos (Extraits des reportages de la RTI au Baron de Yopougon dans lequel les propos d’ordres de Blé Goudé demandant à ses hommes de bloquer la circulation des véhicules de l’Onuci ou l’organisation dans les quartiers pour arrêter les personnes étrangères) se sont succédés.

L’accusation a fustigé la mise en œuvre d’un plan pour mettre en place une politique à des fins de mener une attaque généralisée et systématique contre des civils jugés comme des partisans d’Alassane Ouattara et ce sur des bases arbitraires de faciès ou ethnique. Inciter à la haine dans la tête des jeunes, faire passer les pro-Ouattara pour des « étrangers » avec l’idée de l’utilisation de la violence pour la «survie».

Lors de sa comparution initiale en mars, celui qu’on appelait “le ministre de la rue” pour sa facilité à mobiliser les jeunes, était apparu souriant devant la cour et avait clamé son innocence des quatre chefs de crimes contre l’humanité qui lui sont reprochés, à savoir meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains commis entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.
Selon la défense, Blé Goudé n’aurait été animé d’ « aucune intention délictueuse » étant conscient que toutes ses interventions publiques étaient enregistrées pour l’histoire. Si pour l’accusation ce dernier parlait « en code » pour cacher son intention délictueuse, sa défense répondra que même s’il est très direct et parfois agressif, ses propos ne peuvent en aucun cas être interprétés comme xénophobes.

La défense met en porte à faux le fait que Blé Goudé soit considéré dans le dossier des charges comme un islamophobe, un bruleur de mosquées.

Charles Blé Goudé, 42 ans, s’adressera quant à lui jeudi après-midi aux juges, qui ont ensuite 60 jours pour rendre leur décision.

Début septembre, après avoir douté de la solidité du dossier de l’accusation, les juges ont confirmé de manière définitive que Laurent Gbagbo, 68 ans, serait jugé. Une date d’ouverture du procès doit encore être fixée pour celui qui avait été le premier ancien chef d’État à être remis à la CPI.

(Avec Koaci.com)

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment