09302022Headline:

Côte d’Ivoire: la saisie record de la drogue livre des secrets

Plus de deux tonnes de cocaïne saisies à Abidjan et San Pedro… Le journal indépendant Soir Info souligne en manchette que cette affaire « continue d’éclabousser… » en Côte d’Ivoire. Au total, ce sont 2057 tonnes de cocaïne qui ont été saisies à Abidjan. Selon Soir Info, le « capo » présumé de cette mafia de la drogue, c’est-à-dire le « cerveau » de ce gang, serait un Espagnol du nom de Miguel Angel Devesa Mera, commerçant en oxygène médical comme en glaces alimentaires, domicilié à San Pedro (ouest de la Côte d’Ivoire), où il disposerait de « trois villas cossues ».

C’est en faisant « parler » le téléphone portable du suspect, que les enquêteurs de la Police ivoirienne auraient mis en évidence ses « liens criminels » avec les 22 personnes inculpées dans cette affaire, énonce AbidjanTv.Net .

Selon notre source, les enquêtes ont également prouvé que c’est d’Abidjan que des cargaisons (étaient) convoyées dans la ville de San Pedro, « avec la complicité de plusieurs responsables locaux de l’administration et de la sécurité ». Elles étaient ensuite « redistribuées en petits lots avant d’être transportées jusqu’au désert malien ou nigérien, avec le soutien des groupes jihadistes, puis récupérées par voie aérienne », complète notre source.

Inévitablement, cette affaire de drogue en Côte d’Ivoire alarme la presse au-delà des frontières ivoiriennes. Au Burkina Faso voisin, le quotidien Wakat Sera se penche aussi sur ce trafic « qui enfume la Côte d’Ivoire », formule-t-il. « Avec ses ports qui bouillonnent d’activités (la Côte d’Ivoire est un) point de passage qui prend de l’envergure. Du reste, le pays d’Alassane Ouattara est loin d’être le seul du continent qui est sur la route internationale de la drogue. Et c’est à ce titre que les inquiétudes sont légitimes de voir s’implanter davantage sous les tropiques, cette hydre dont les têtes poussent aussitôt coupées », énonce mythologiquement Wakat Sera, en soulignant que « ce trafic sert également à financer le terrorisme dont les pays africains, et plus spécifiquement ceux du Sahel, cherchent avec toutes les peines du monde, à se débarrasser ».

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles