12112017Headline:

Côte d’Ivoire-Présidentielle 2015/ Voici la liste du” front contre Ouattara” et ce qu’ils denoncent..

ouattara face

Les 10, 12 et 25 août 2015, à la demande des Présidents de l’URD, du PIT, du RPP, et de l’USD, trois séances de travail ont eu lieu avec le Président et les Hautes Instances de la Coalition Nationale pour le Changement (CNC), en vue d’effectuer ensemble, un examen de la situation sociopolitique nationale et du processus électoral, à quelques semaines de l’échéance du 25 octobre 2015.

Au terme de ces rencontres, les deux parties ont constaté leurs convergences de vue, quant à la situation sociopolitique caractérisée par : une aggravation de la fracture sociale, preuve d’une réconciliation introuvable, une détresse grandissante des populations qui ont tout perdu suite aux violences et exactions de la crise postélectorale, une démocratie en très net recul, à l’aune d’une gouvernance partisane, marquée par une mainmise sur les Institutions, une insécurité et une criminalité galopantes, fruits de l’échec cinglant du programme de désarmement, une paupérisation exacerbée des masses paysannes et ouvrières, un avenir sans lisibilité pour la jeunesse, notamment dans les écoles et les universités, la lourde hypothèque sur le patrimoine foncier national.

Achevant leurs analyses, les deux parties ont constaté avec dépit et regret, les graves dérives administratives, juridiques et politiques, qui marquent le processus électoral en cours, et plus particulièrement, les grands retards accusés par la préparation d’un scrutin présidentiel que tous les acteurs et observateurs nationaux et internationaux souhaitent voir comme l’acte ultime de la restauration définitive des Institutions de l’Etat et de la normalisation de la vie sociopolitique en Côte d’Ivoire.

Cette lecture unanime des maux qui frappent notre Pays aujourd’hui, a conduit les deux parties à décider de joindre leurs forces pour, dès les jours à venir, travailler ensemble afin d’offrir aux électeurs et aux Ivoiriens, les meilleures chances de poursuivre leur lutte pour plus de démocratie, restaurer l’Etat de droit et les libertés, réhabiliter les Institutions et recréer les conditions d’un mieux- être et d’une espérance véritable pour les populations et les générations futures.

Prenant à témoin l’ensemble des Ivoiriens et les partenaires au processus électoral, ils (elles) dénoncent notamment:

  • L’échec de la réconciliation et du dialogue politique toujours en panne
  • L’échec de l’action gouvernementale au regard d’un endettement massif, d’un chômage endémique et d’un indice de pauvreté toujours plus préoccupant,
  • L’insécurité criante qui ne garantit ni l’intégrité physique des candidats en campagne ni l’équité et la transparence des élections à venir.
  • La CEI partisane et déséquilibrée, assujettie au RHDP et au Président de la République ;
  • L’immixtion permanente de l’Exécutif dans le fonctionnement des Institutions Républicaines, notamment de la CEI.
  • L’élaboration approximative de la liste électorale qui fausse, dès lors, la sincérité du scrutin
  • Les fraudes à l’identité et à la nationalité, qui se mettent déjà en place sous le regard complice des membres du Gouvernement.
  • La justice des vainqueurs qui s’acharne sur les proches de l’ancien régime et accumule les arrestations à caractère politique.
  • Les libertés réprimées et les journalistes bâillonnés.
  • La caporalisation des médias d’Etat,

Les signataires de cette déclaration dénoncent, en outre, les tentatives d’intimidation et de passage en force de Monsieur Ouattara qui, se sachant frappé d’inéligibilité aux termes de la Constitution Ivoirienne, s’est précipité à la fois pour organiser son investiture et déposer sa candidature auprès du la CEI.

Au vu de ces graves dérives qui nous interpellent tous et font planer sur notre Pays des risques majeurs, les deux parties constatent, comme tous les Ivoiriens, l’impossibilité de tenir des élections dans un contexte marqué par tant d’irrégularités et d’incertitudes.

Aussi, réitèrent-elles leur volonté de voir s’instaurer des conditions plus propices pour la tenue d’élections transparentes, justes, crédibles, inclusives et apaisées.

Pour y parvenir, chaque partie a fait des propositions.

La CNC appelle, quant à elle, le Président de la République à ouvrir dès à présent des discussions sincères et résolues avec les acteurs majeurs de l’Opposition, en vue d’assainir la prise en main et le déroulement du processus électoral. Elle considère que, bien que le délai soit considérablement raccourci, une telle finalité reste valablement envisageable.

A défaut, la CNC se rallie à la volonté exprimée des quatre partis de voir le report de l’élection présidentielle d’octobre 2015, l’élaboration d’un accord politique en vue de la mise en place d’une plateforme transitionnelle, seuls capables de garantir l’équité et la crédibilité des scrutins à venir.

Les deux parties, constatant la grande compatibilité de ces deux options, ont décidé d’engager en urgence, une réflexion pour en réaliser une synthèse.

Aussi, soucieux de prendre devant l’histoire toutes leurs responsabilités d’acteurs politiques engagés pour la démocratie et une paix durables dans notre Pays, les partis signataires de la présente déclaration : L’URD , le PIT, le RPP et l’USD d’une part, en union totale avec la CNC d’autre part, ont-ils décidé d’établir un cadre permanent de concertation et d’actions concrètes, en vue d’une meilleure efficacité dans la mise en œuvre des mots d’ordre qui devraient tout logiquement découler de leur collaboration, pour rendre à notre Pays, son vrai visage de Nation unie et réconciliée, démocratique et paisible.

L’URD, le PIT , le RPP, l’USD et la CNC, informent les Ivoiriens assoiffés de justice et de démocratie, qu’ils ne ménageront aucun effort pour créer un front le plus large possible de tous les fils de ce Pays, afin que dès les semaines à venir, une large coalition, porteuse de tous les espoirs de la Côte d’Ivoire profonde, se dresse sur le chemin des fossoyeurs de l’Unité Nationale, pour restaurer les libertés et la démocratie, et créer de façon durable, les conditions d’une prospérité retrouvée et d’une vie meilleure en Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan le 31 août 2015

POUR LA CNC

Charles KONAN BANNY

POUR LES QUATRE PARTIS

L’URD: Danielle Boni Claverie

Le PIT: Daniel AKA AHIZI

Le RPP: OUATTARA Gnonzié

L’USD: Henri NIAVA

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment