05282017Headline:

Logement en Côte d’Ivoire/ Les architectes dénoncent un nombre pléthorique de promoteurs

maison logement

Guillaume Koffi, ancien président de l’ordre des architectes de Côte d’Ivoire, a invité tous les acteurs de l’immobilier à collaborer dans un cadre afin de juguler la crise de l’habitat.

Malgré les efforts consentis par les autorités, la problématique du logement continue de se poser avec acuité. Les chiffres du marché ne sont pas reluisants.

La production en matière d’immobilier est estimée à 3000 logements par an en Côte d’Ivoire, face à une demande annuelle d’environ 40.000 logements, soit un besoin de 20.000 logements pour Abidjan et de 20.000 pour l’intérieur du pays. A cette crise du logement, s’ajoute un nombre pléthorique de promoteurs immobiliers, qui ne donnent toujours pas satisfaction aux populations, ont laissé entendre les architectes de Côte d’Ivoire, par la voix de Guillaume Koffi, ex-président de l’ordre des architectes.

C’était à l’occasion du Rendez-vous de l’immobilier avec la Bicici, lundi 09 mai dernier, à Cocody. En effet, accéder à la propriété immobilière est une des préoccupations des populations. La demande existe et est portée par une urbanisation et une démographie importantes. Pour la seule ville d’Abidjan, de 1995 à 2015, la population urbaine est passée de 2,8 millions à 4,7 millions, avec un taux d’urbanisation qui est passé, lui aussi, de 41% à 50% sur la même période. Depuis lors, le secteur subit un déséquilibre structurel avec un déficit de logements évalué à 400.000. Malgré les efforts entrepris par les autorités nationales avec le programme de construction de 60.000 logements, la crise est toujours d’actualité.

Face à la problématique, pour la filiale du groupe Bnp Paribas, une plate-forme d’échanges avec tous les acteurs s’impose. L’établissement bancaire a saisi l’occasion pour présenter ses solutions pour le financement des projets immobiliers des ménages ivoiriens. Dans son intervention, Guillaume Koffi a identifié les difficultés auxquelles le secteur de l’immobilier est confronté. Au nombre de ces difficultés, l’ancien président de l’ordre des architectes a rappelé l’identification des promoteurs immobiliers, la propriété foncière, le coût de l’hypothèque, l’accès au financement.

Pour Guillaume Koffi, la crise du logement est due, en partie, à l’absence d’une vision claire de l’habitat au niveau de l’Etat, l’absence d’une démarche professionnelle de la gestion des projets, l’inexistence d’un classement pour les entreprises de construction, l’insuffisance des fonds logés dans le Compte de mobilisation pour l’habitat (Cdmh), etc. Guillaume Koffi propose que soit défini un cadre de concertation entre tous les acteurs, c’est-à-dire l’Etat, les promoteurs, les concepteurs, les acquéreurs et les banques.

Initiatrice de cette plate-forme d’échanges, l’établissement bancaire, représenté par Nabil Lakhoua, directeur clientèle particuliers et professionnels, a fait savoir qu’il a été mis en place une structure interne à ladite banque pour le conseil et l’accompagnement. « C’est une structure de suivi des crédits acquéreurs. Elle peut aussi communiquer sur les offres des promoteurs partenaires », a annoncé Nabil Lakhoua, qui précise toutefois que cette offre plafonne le taux du crédit immobilier à 8% hors taxe, pour un crédit compris jusqu’à 100 millions de F cfa sur 20 ans. Le directeur clientèle particuliers et professionnels a rappelé que cette offre est valable jusqu’au 31 juin 2016.

Check KONE

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment