07262017Headline:

Le malien Samba Bathily, celui qui veut alimentater toute l’Afrique à l’énergie solaire

Samba bathily

Aux côtés du chanteur Akon et du consultant Thione Niang, l’entrepreneur malien, PDG d’Africa Development Solutions, fait le pari du photovoltaïque pour électrifier le continent.

«Je suis un apporteur de solutions. Vous me présentez un problème, et je vous propose une solution financière et le meilleur partenaire technique pour le résoudre. C’est ce que je fais depuis vingt ans. » À 44 ans, Samba Bathily, le discret PDG d’Africa Development Solutions (ADS), qui revendique un chiffre d’affaires de 106 millions de dollars en 2015 (soit 97 millions d’euros), est encore très peu connu du grand public.

Alimentation de l’Afrique à l’énergie solaire

C’est pourtant ce Malien qui porte l’initiative Akon Lighting Africa, lancée en février 2014 pour électrifier le continent en s’appuyant sur la célébrité du chanteur sénégalo-américain Akon (de son vrai nom Alioune Badara Thiam) et sur le bagout du président de la fondation Give1Project, le Sénégalais Thione Niang. Ce dernier, qui se présente par ailleurs comme un membre actif de l’équipe de campagne de Barack Obama en 2008, aux États-Unis, se souvient : « Après une tentative infructueuse avec un homme d’affaires bahreïni, Akon et moi cherchions un nouveau partenaire. C’est là que Samba Bathily a rejoint le projet. Quelques jours plus tard, Solektra International naissait. »
Sise au 66e étage de l’Empire State Building, à New York, cette filiale d’ADS est le principal partenaire technique d’Akon Lighting Africa. Spécialisée dans la fourniture d’eau et d’électricité via des technologies solaires, elle a Samba Bathily comme directeur général, Akon comme président du conseil d’administration et Thione Niang comme vice-président.

« On a réussi à attirer l’attention sur le fait qu’on pouvait déployer en un temps record des solutions pratiques à moindre coût », se félicite l’entrepreneur malien, dont le téléphone n’a cessé de sonner pendant les entretiens que nous avons eus avec lui à Bamako puis à Paris.

Le chef d’entreprise, qui a déjà à son actif l’installation de 100 000 lampadaires et de 102 000 kits solaires dans seize pays du continent, est en négociation avec la Cedeao pour 15 000 mini-grids, ces petits réseaux photovoltaïques qui permettent d’alimenter en électricité des écoles, des dispensaires, des maisons, etc. Solektra International a ainsi su se positionner à une échelle intermédiaire, offrant grâce aux lampadaires solaires et aux mini-grids une électrification avec des retombées pratiques pour les villages.

Acteur des énergies renouvelables, mais pas que…

Partant du principe qu’« en Afrique les gens veulent toucher avant de croire », l’entrepreneur, lui-même fils d’un influent commerçant et ex-député de la région de Kayes ayant fait fortune dans le pétrole notamment, a développé une technique d’échantillonnage : il installe, à ses propres frais, des lampadaires solaires dans des régions non électrifiées.

« Une fois le besoin créé, les populations finissent par faire pression sur les gouvernements, ce qui les pousse à lancer un appel d’offres… que nous gagnons presque à chaque fois », explique-t-il. Solektra International a par exemple remporté un contrat de 3 milliards de F CFA (4,57 millions d’euros) pour 1 505 lampadaires qui sont en cours d’installation dans tout le Mali.

Avec 700 employés, le groupe ADS, dont les activités dans l’énergie renouvelable (Solektra International), dans la structuration financière (ADS Consulting) et dans les infrastructures (location de matériel et construction) sont les plus visibles, est également présent dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), dans la formation des jeunes, dans la distribution, dans l’automobile et dans la logistique.

« Ce ne sont pas les projets qui manquent en Afrique, ce sont les financements qui font défaut », professe Samba Bathily, qui, avant de se lancer dans le solaire, a fait de l’import-export d’équipements automobiles via l’entreprise familiale Les Frères Bathily et créé une agence de voyages, Timbuctu International Cross Roads.

Samba Bathily a joué un rôle important dans la structuration du financement de plusieurs barrages en Guinée, dont celui de Kaleta.
Ceux qui le connaissent décrivent un homme de l’ombre, un autodidacte qui a su se tisser un important réseau jusqu’à l’intérieur de nombreux palais africains. « Quel que soit ton problème, il connaît forcément quelqu’un qui connaît quelqu’un qui peut te trouver une solution », s’enthousiasme son compatriote Seyni Nafo, porte-parole des négociateurs africains lors de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP21), fin 2015 à Paris, qui considère Bathily comme un grand frère.

Réputé proche du président Alpha Condé, Samba Bathily a notamment joué, à travers ADS Consulting, un rôle important dans la structuration du financement de plusieurs barrages en Guinée. Parmi eux, celui de Kaleta, pour lequel l’État a financé 25 % des 526 millions de dollars nécessaires, ou encore celui de Souapiti (1,3 milliard de dollars), pour lequel « un financement concessionnel hybride novateur » est en cours de finalisation.

China International Water & Electric Corporation devrait y participer, entre autres, grâce à l’intermédiation de Samba Bathily, qui serait allé en Chine rencontrer le PDG de China Three Gorges Corporation, la maison mère.
Une main d’œuvre africaine

En décembre 2015, le Malien a inauguré la Solektra Solar Academy (SSA), à Bamako : une institution qui formera des ouvriers, des techniciens et des ingénieurs de toute l’Afrique de l’Ouest, notamment pour le service après-vente comme l’entretien et la maintenance des mini-grids de l’entreprise. En attendant que de nouvelles SSA voient le jour dans d’autres pays, un accord de principe a été signé entre celle de Bamako et le Kafue Gorge Regional Training Center de Lusaka, en Zambie.

« Dans chaque projet auquel je participe, je demande que la main-d’œuvre soit africaine, affirme celui qui, pour des raisons de visa, n’a pu finir les études de droit qu’il avait commencées à Bruxelles. Si chaque État exigeait qu’au moins 30 % des travaux soient sous-traités par des structures locales, cela permettrait de créer un tissu d’entreprises qui prendraient la relève. ».

Si le discours du businessman est fortement politisé, il assure préférer travailler avec les responsables politiques qu’être à leur place. Lui se contenterait bien de suivre la trace du milliardaire nigérian Aliko Dangote, dont il se targue d’être l’ami.

J.A

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment