03292017Headline:

Yopougon /Vol de bébés : Une femme, cerveau d’un réseau, épinglée/Le récit émouvant du couple victime

hopital

Vol de bébés dans les hôpitaux: Une femme, cerveau d’un réseau, épinglée

Tout sur son dernier coup à l’hôpital général de Yopougon-Attié
Le récit émouvant du couple victime
Les images de la caméra de surveillance installée à l’ex-Pmi, lors des travaux de réhabilitation, ont permis d’identifier la voleuse de bébé

L’hôpital général de Yopougon-Attié (Ex-Pmi) est secoué par une affaire rocambolesque d’enlèvement de nouveau-né.

Ce tout dernier cas de vol de bébé dans une formation sanitaire met en scène une ”sœur en Christ” qui s’est présentée comme telle pour réussir son coup. En effet, si l’on en croit le couple victime, à savoir Zida Bengatiri Norbert et son épouse Tiemtoré Wendenda Christine, avec qui nous avons échangé, jeudi 9 juin 2016, à leur domicile à Yopougon dont nous taisons le nom du quartier, c’est ainsi que la voleuse qui passe pour être une professionnelle en la matière, s’est présentée à eux. Et c’est sous ce manteau qu’elle est parvenue à gagner leur confiance.

Relatant les faits, l’époux, encore sous le choc de cet enlèvement, explique que dimanche dernier, sous le coup de 17h, peu de temps avant que Dame Tiemtoré, 25 ans, ne donne vie au bébé de sexe féminin (son 5ème nouveau-né), sa tante qui l’avait accompagné à l’ex-Pmi et lui sont approchés par une femme. Se faisant passer pour une sœur catholique, celle-ci improvise une séance de prière. Les deux femmes, chapelets en main qu’elles égrainent, invoquent alors le Seigneur qui semble les avoir entendues puisqu’une fois la prière achevée, la parturiente accouche sans complication. C’est du moins la conviction de la belle-mère en question, qui va se laisser attendrir.

Le pont de confiance ainsi posé, la voleuse présentée comme le cerveau du réseau qui s’adonne à ce trafic, passe à un autre geste de bonne foi pour accroître son capital sympathie. Il s’agit, cette fois, de l’achat d’une ordonnance médicale délivrée par le personnel soignant. « J’étais allé chercher l’argent pour venir payer les médicaments. A mon arrivée à l’hôpital, la femme en question avait payé tous les produits. Elle nous a dit de ne pas la remercier et de ne pas rembourser les frais engagés, au prétexte qu’elle le faisait tous les jours pour tous les patients qui étaient coincés financièrement selon les enseignements de Jésus », relate avec dépit le chef de famille. Puis de souligner que confortés par autant d’actes de solidarité, ils vont laisser la dame passer la nuit dans la chambre affectée à la parturiente.

La prétendue sœur en Christ qui n’attendait que cela pour filer nuitamment avec le nouveau-né, n’aura pas cette possibilité, surtout que le bébé était à la nurserie. Tous les stratagèmes ayant échoué la nuit, elle attend le matin pour passer à l’offensive. Sous le coup de 9h47, lundi 6 juin, la garde de la maternité libère la parturiente. L’époux part alors chercher un taxi pour regagner leur domicile.

A l’affût, la présumée sainte qui est loin d’en être une, ne se fait pas prier pour sauter sur l’occasion et commettre son forfait. Elle demande à avoir l’enfant pour aller faire le premier vaccin contre le bacille de Koch. A savoir, le Bcg (Bilié de Calmette et Guérin). « Elle m’a dit de lui donner l’enfant pour aller faire le vaccin Bcg avant que mon fils n’arrive. Comme nous avons prié et dormi ensemble, je n’y ai pas trouvé d’inconvénient. Je lui ai donné le bébé et suis restée avec ma belle-fille. Plusieurs minutes après comme elle ne venait pas, j’ai demandé qu’on aille la rejoindre au service de vaccination. Sur place, elle n’y était pas. Dans le registre, il n’y avait aucune trace d’un nouveau-né vacciné à ce moment-précis. Je me mise à crier », confie la belle-mère qui finit par fondre en larmes se reprochant sa naïveté et son imprudence.

La voleuse identifiée

Du côté de la formation sanitaire, une plainte a été déposée au 16ème arrondissement de police. Sur place, l’officier en charge du dossier et ses hommes ont eu recours aux images de la caméra de surveillance de l’hôpital. Celles-ci ont permis d’avoir des vues de l’indélicate. Les investigations qui ont suivies, ont permis à ce stade de l’enquête de relever l’identité de la voleuse. « Nous ne pouvons pas, pour l’heure, divulguer son identité, mais nous savons que c’est une habituée de ce trafic qui a opérée. Nous allons remonter la filière assez rapidement avec les données recueillies à l’hôpital. La police scientifique est sur le coup pour recouper les premières informations traitées et permettre de la retrouver avec le bébé », a précisé, au téléphone, un proche du dossier.

TRAORE Tié

 linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment