05242018Headline:

Abidjan : La CPI n’éprouve aucune honte à intervenir en Afrique, selon son chef de bureau local

Mercredi 25 Avril 2018 -Le chef du bureau en Côte d’Ivoire de la Cour Pénale Internationale (CPI, Nohoum Sangaré Sangaré a affirmé mardi au cours d’une rencontre à Divo  (centre-ouest), que l’instance judiciaire Internationale n’éprouvait aucune honte à intervenir « massivement » en Afrique.

Pour ce dernier, la question qu’il faudrait se poser, pourquoi c’est toujours en Afrique  qu’il y a des centaines et des milliers de morts à l’issue des élections.

« La question qu’il faut se poser c’est pourquoi il y a tant de problèmes en Afrique  et pas ailleurs. Pourquoi c’est toujours en Afrique  qu’il y a des centaines et des milliers de morts à l’issue des élections », a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’il n’y a « aucun pays en Europe, en Asie et en Amérique où les élections font autant de morts ».

Il a ensuite ajouté que la CPI, « ne cherche pas forcément à être populaire mais à être libre avec sa conscience et vis-à-vis des personnes qui sont jugées. »

Selon tout le représentant la CPI, au lieu de se braquer contre la Cour, les Africains devraient réfléchir aux solutions pour éviter les drames qui conduisent leurs dirigeants devant la juridiction internationale.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, deux ivoiriens, sont poursuivis par la CPI  pour crimes contre l’humanité lors de la crise post-electorale de 2011.

Pour certains acteurs politiques africains, la CPI  demeure une institution politique et partiale à la guise des occidentaux.

Des pays africains ont annoncé leur retrait de la CPI  qui n’a seulement le regard ponté que sur le continent du berceau de l’humanité.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment