04172024Headline:

Nanan Konney Ahoua Simon : « La gestion des affaires foncières de Modeste est confiée au Grand Conseil du village »

Fin du litige foncier qui a opposé les villages de Modeste et de Moossou, dans la Région du Sud-Comoé (à quelques encablures d’Abidjan) qui a duré plus de deux décennies. Au sortir de ce marathon judiciaire, nous avons rencontré Nanan Konney Ahoua Simon (Chef du village de Modeste), qui a gagné le procès, pour en savoir davantage. La tête couronnée évoque également, dans cette interview, la récente tentative de sa destitution dans laquelle est impliqué son frère.
Bonjour Nanan. Depuis plus de 20 ans, un litige foncier oppose le village de Modeste et celui de Moossou. Qu’en est-il à ce jour ?

C’est au total 24 ans de conflit foncier. Pendant cette période, Nanan Pierre Kanga Assoumou, chef du village de Moossou, s’est érigé en maître absolu avec des soutiens pour brader des terres du village de Modeste. Mais nous, épris de paix et de justice, nous avons plutôt opté pour le droit. Ce droit qui, au sortir de toutes nos audiences, nous a donné raison avec toutes les preuves afférentes.

Pouvez-vous nous dire, Nanan, comment ce litige a-t-il pu se produire ?

Le chef de Moossou (Département de Grand-Bassam) prétendant être es-qualité à la tête des terres coutumières s’étendant d’Adiaké jusqu’à Jacqueville. A ce titre, estimant que Modeste (à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Abidjan) n’est qu’un quartier de son « royaume », possédait frauduleusement toutes ses terres coutumières. A l’occasion de la cession de parcelles de terrains relevant du village de Modeste donc, le Chef Kanga Assoumou et deux autres personnes ont été assignés par moi Nanan Konney Ahoua Simon, Chef du village de Modeste, soutenu par Dr Echui Aka Désiré (alors président de la Commission foncière dudit village) par citation directe et le Tribunal correctionnel de Grand-Bassam les a condamnés à une peine d’emprisonnement avec sursis et une amende pour faux et usage de faux et faux en écriture privée de commerce.

Revenons donc à cette démarche judiciaire effectuée pour la résolution de ce litige ?

En dépit de nos victoires judiciaires, nous avons tendu la main au dialogue, à la réconciliation et à la paix au Chef Kanga du village de Moossou, mais il a repoussé toutes nos approches à l’amiable.

A ce jour, le litige semble avoir trouvé une issue positive, selon nos informations. Quel est l’état des relations entre les deux villages aujourd’hui ?

L’état des relations entre les deux villages Modeste et Moossou est mieux aujourd’hui. Le peuple N’Zima et le peuple Abouré sont des peuples frères depuis toujours selon l’histoire ancienne de l’immigration des peuples Akan depuis l’Egypte en passant par le Soudan, le Mali, la Gold Coast (Ghana actuel) jusqu’en Côte d’Ivoire. Nous sommes des voisins, des frères et sœurs bien-aimés. Nous sommes condamnés à vivre ensemble, à nous marier dans le respect absolu. Comme les Français et les Anglais en Europe. Que Dieu nous aide!

A présent, qu’en est-il de ceux qui ont acquis des parcelles pendant cette période de litige ?

Le chef du village de Modeste, Nanan Konney Ahoua Simon que je suis, invite tous ceux qui ont acquis des parcelles hors une attestation émanant de moi, qu’il s’agisse de particuliers ou de personnes morales, à prendre attache dans le délai de deux mois, à compter de maintenant avec la chefferie du village de Modeste via le Secrétariat du bureau du Grand conseil pour le foncier ou, à défaut, au cabinet d’avocats CB Barristers.

Quelles sont donc, de façon concrète, les dispositions que ceux-ci devraient observer ?

Ils se sont trompés de bonne foi, mais prêt à négocier avec le village de Modeste pour participer à son développement dans la sincérité.

‘’Nous sommes condamnés à vivre ensemble’’
Récemment, des membres de votre communauté ont saisi des autorités de Grand-Bassam dont dépend Modeste pour souhaiter que vous soyez révoqué de la tête de ce village. Votre commentaire.

Ce sont des vendeurs illicites des terrains du village de Modeste. Ils se sont dévoilés au grand jour. En tout état de cause, ce n’est pas un prétendu protocole d’accord qui a été la condition de ma nomination depuis l’an 2000 en tant que chef du village de Modeste. Donc juridiquement, ce n’est pas la mise en cause de ce prétendu accord qui peut, en droit, justifier l’annulation de ma nomination (Pièce No 1 : Copie de l’Arrêté No 21/P-GBM du 19 décembre 2000).

On nous fait dire que votre frère se serait rangé derrière vos détracteurs pour vous combattre. Qu’en est-il exactement ?

On dit que le linge sale se lave en famille. Les affaires privées et confidentielles ne sont pas destinées à être dévoilées en public. Je suis peiné de parler négativement sur un membre de ma famille, mais je dois répondre quand même à votre question. Il est vrai qu’en Afrique on n’a pas de demi-frère mais en réalité, c’est ce que Konney Jonas est pour le chef du village de Modeste. Sa mère fut la septième co-épouse de ma mère. Né en 1983, Konney Jonas est le benjamin de la famille Konney. Il est accoutumé des actes délictueux dont certains l’ont conduit dans les geôles de Grand-Bassam le 17 octobre 2012. Condamné à une peine d’emprisonnement de douze mois par le Tribunal correctionnel de Grand-Bassam pour délit de faux, usage de faux et faux témoignage (Piece No 2 Copie de l’Expédition de la Condamnation pour faux et usage de faux dans la vente de terrain de 80 hectares de la famille par Konney Jonas et Consorts).

Je tiens à vous informer que Jonas Konney qui soutient toujours, aveuglement, Nanan Kanga Assoumou, Chef du village de Moossou a vendu également le cimetière du village de Modeste et a donné son accord pour exhumer et déplacer des corps pour l’on ne sait pas où. (Piece No3 Copie du Procès-Verbal de Consultation populaire relative au déplacement du cimetière du village de Modeste). Il y a bien d’autres cas comme cela. Pour tout vous dire, Jonas n’est pas de bonne réputation. Donc même, si j’abdiquais par extraordinaire, suivant les us et coutumes N’zima de Modeste, ce n’est pas lui qui va me succéder.

Selon vous, qu’est-ce qui pourrait expliquer cette position de certains de vos administrés ?

Cette cacophonie entretenue par Jonas et ses acolytes ? Certains de mes administrés tels que les Jonas Konney, Gnohan Joseph, Kimou Kouamé Arsène et Konin Simon ont l’aversion ou la peur du changement. Cela, parce qu’ils ont trop abusé du système à l’époque qu’ils ont maintenant peur des représailles de leurs acquéreurs. Alors que le remaniement est une arme de la gestion contemporaine des affaires pour la prévention des vicissitudes de la vie humaine due à des scandales ou des critiques, ou encore des grandes impopularités.

Dites-nous, Nanan, comment devient-on chef de village à Modeste et comment peut-on perdre ce titre ?

Conformément aux us et coutumes des N’zima de Modeste, c’est le fils ainé de l’ancien Chef du village qui décède qui est désigné par la famille. Il est ensuite présenté à la population comme le successeur ou candidat naturel à la chefferie traditionnelle. Après les consultations populaires et enquête de moralité, sur proposition de Sous-préfet, le Préfet de Grand-Bassam signe l’arrêté de nomination. Il est destitué dans les mêmes conditions. Toutefois, je voudrais préciser que le chef de village est nommé à vie, conformément aux traditions ancestrales. Son mandat n’est assorti d’aucune durée. Aussi, l’exerce-t-il à vie.

‘’Je suis peiné de parler négativement sur un membre de ma famille’’
Pour rappel, depuis combien d’années occupez-vous cette responsabilité ?

Depuis le 19 décembre 2000. Donc cela fait exactement 24 ans que j’occupe cette responsabilité dans le village de Modeste.

Un dernier mot pour finir ?

Je précise que par une décision prise en accord avec le Conseil des Notables en date du 30 avril 2023, Konney Niamkey Manouvuleyue Jonas a été démis de ses fonctions de président de la Commission foncière du village de Modeste entraînant automatiquement la dissolution de ladite commission. La gestion des affaires foncières du village de Modeste est donc confiée au Grand conseil pour le foncier dudit village.

What Next?

Recent Articles