02052023Headline:

Venezuela: la décision sur la «présidence intérimaire» de l’opposant Juan Guaido reportée

L’opposition au président vénézuélien Nicolas Maduro a reporté au 3 janvier, et non plus au jeudi 29 décembre, sa décision concernant la fin ou non du « gouvernement par intérim » de l’opposant Juan Guaido.

Juan Guaido, ancien président de l’Assemblée nationale, lui-même issu de l’opposition, s’était autoproclamé « président par intérim » en 2019 pour protester contre la deuxième investiture de Nicolas Maduro, dont la réélection a été considérée comme frauduleuse.

L’opposition devait initialement décider, jeudi 29 décembre, de la continuité ou non de ce gouvernement alternatif, qui a émergé en 2019 lorsque l’opposition à Nicolas Maduro et la communauté internationale ont refusé de reconnaître la réélection de l’héritier d’Hugo Chavez.

« J’accepte […] le report de la séance en vertu de la défense de la Constitution et la nécessaire unité en vue d’un accord pour le Venezuela et les Vénézuéliens », a annoncé Juan Guaido sur Twitter. Il avait en effet été reconnu dans sa fonction de « président par intérim » par plus de 50 pays de la communauté internationale.

L’opposition insatisfaite de la stratégie de Juan Guaido
Mais aujourd’hui, une majorité des partis d’opposition estiment que sa stratégie n’a pas donné les résultats escomptés. Trois de ces quatre grands partis l’ont d’ailleurs réaffirmé le mercredi 28 décembre, et tous trois regrettent le report du vote au 3 janvier. Désormais, les opposants misent plutôt sur des négociations avec le régime socialiste pour organiser des élections, soit un changement radical de stratégie.

Car même si pour Juan Pablo Guanipa, membre du parti Primero Justicia, favorable à la disparition du « gouvernement provisoire », il est nécessaire de « parler plus longuement » de cette décision pour ne pas diviser l’opposition, les trois partis estiment que Juan Guaido et son gouvernement par intérim n’ont obtenu aucun résultat tangible pour améliorer le quotidien des Vénézuéliens.

« Le gouvernement provisoire a cessé d’être utile […] et ne présente aucun intérêt pour les citoyens », ont-ils assuré dans un communiqué mardi 27 décembre. Les quatre partis ont aussi fait savoir qu’ils n’avaient pas été consultés avant l’annonce par Juan Guaido du report de la décision.

Juan Guaido appelle à un changement de régime depuis 2019. Cette autoproclamation est restée lettre morte, elle n’a aucune conséquence effective dans le pays. Le positionnement de Juan Guaido n’est plus du tout celui que choisit la majorité de l’opposition.

« Combattre la dictature »
Pour le principal intéressé, ces allégations sont fausses. Sur son compte Twitter, Juan Guaido rappelle que la reconnaissance de son statut par la communauté internationale a permis de soustraire les actifs vénézuéliens à l’étranger aux convoitises du régime de Nicolas Maduro, régime soupçonné de détournement de fonds publics et de corruption.

« C’est la légitimité constitutionnelle de la présidence par intérim qui permet de protéger ces actifs du régime. Il ne s’agit pas de défendre Juan Guaido ! J’appelle aujourd’hui à faire ce qui est le mieux pour le pays : utilisons tous les moyens pour combattre la dictature ! Ne renonçons pas aux avancées que nous avons obtenues », a lui-même affirmé le Vénézuélien le 28 décembre.

Si une majorité de l’opposition souhaite mettre un terme au « mandat » de l’autoproclamé président Guaido, la communauté internationale va devoir décider de l’avenir des avoirs vénézuéliens gelés à l’étranger.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles