04152024Headline:

LA CÔTE D’IVOIRE PARTAGE SON EXPÉRIENCE EN MATIÈRE D’APPRENTISSAGE DUAL, QUALIFIANT ET DIPLÔMANT

Au Centre international de formation de l’Organisation internationale du travail (CIF/OIT) de Turin, la forte délégation d’ivoiriens a présenté aux participants de l’édition de 2024, les acquis de la Côte d’Ivoire sur les questions liées à l’apprentissage dual.

Au nom de la Côte d’Ivoire, le directeur de l’apprentissage et de l’insertion professionnelle au ministère de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Tuo Nangalourou a présenté aux participants l’ensemble des réformes entreprises par le gouvernement et les différents partenariats avec les partenaires techniques et financiers et le secteur privé, l’école de la deuxième chance, l’amélioration du cadre institutionnel, l’apprentissage dual et diplômant, le Certificat de qualification aux métiers (CQM), les chantiers-écoles, la Valorisation des acquis de l’expérience (VAE).

L’Ecole de la 2ème chance a déjà permis de former 6 000 apprentis à travers des expériences pilotes de formation par apprentissage dans 42 établissements publics de formation professionnelle et plus de 2000 entreprises formelles et artisanales en 2023

« La Côte d’Ivoire est engagée dans une grande réforme sur l’apprentissage qui a démarré en 2019 et qui a débouché sur la mise en place d’un cadre réglementaire. L’apprentissage est aujourd’hui une priorité pour le gouvernement ivoirien au regard de la jeunesse de la population. Chaque jeune vivant en Côte d’Ivoire doit acquérir une compétence pour son insertion professionnelle », insisté M. Tuo.

Le directeur général de la Chambre nationale de métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI), Bamba Mory, s’est réjoui de la nouvelle dynamique impulsée par le ministère de l’Enseignement Technique dans la mise en œuvre du dispositif d’apprentissage en Côte d’Ivoire. Il a relevé que les réformes permettront de sortir les artisans de la précarité, à leur donner des emplois décents. « Nous sommes également engagés à faire que nos artisans quittent progressivement l’économie informelle pour entrer dans l’économie formelle », a précisé M. Bamba.

What Next?

Recent Articles