05242024Headline:

Tension entre le Burkina et la Côte d’Ivoire : Ibrahim Traoré lève le ton contre Abidjan

Dans une interview diffusée à la télévision nationale du Burkina Faso, Ibrahim Traoré a été franc et direct. Il a pointé du doigt la Côte d’Ivoire sans ménagement, accusant Abidjan de jouer un jeu ambigu dans la lutte contre le terrorisme.

La récente réunion entre les autorités militaires du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire n’a visiblement pas permis de résoudre les différends entre les deux pays. Selon Ibrahim Traoré, le Burkina Faso reste vigilant et observe attentivement Abidjan.

En effet, le président de la transition burkinabè a ouvertement accusé la Côte d’Ivoire d’être une base arrière pour les terroristes qui menacent la sécurité des Burkinabè. Il a cité en exemple une opération récente des forces de sécurité burkinabè, où des terroristes ont fui vers la Côte d’Ivoire sans être arrêtés. « Quand nos troupes sont arrivées à la frontière ivoirienne, je les suivais de près et je félicite leur discipline. Elles auraient pu utiliser des roquettes au lieu de s’arrêter à 50 mètres du fleuve pour observer les terroristes », a-t-il déclaré.

De plus, Ibrahim Traoré a exprimé son étonnement devant l’inaction des militaires ivoiriens face aux terroristes qui trouvent refuge en Côte d’Ivoire, tout en arrêtant des soldats burkinabè qui pénètrent sur leur territoire. « Les perturbateurs du Burkina Faso se trouvent là-bas (en Côte d’Ivoire), ils ne se cachent même pas. Des personnes recherchées se trouvent là-bas. Il n’y a pas eu de coopération. Il est temps d’arrêter l’hypocrisie et de dire la vérité. Il y a un problème », a déclaré Ibrahim Traoré.

Il a également critiqué le comportement des soldats ivoiriens et rappelé que le Burkina Faso avait connu des situations similaires dans le passé. « Ce comportement n’est pas acceptable. Le Burkina Faso l’a aussi vécu. Nous étions une base arrière pour les terroristes », a-t-il souligné, invitant les autorités ivoiriennes à changer d’attitude.

Par ailleurs, Ibrahim Traoré a mentionné des discussions en cours avec Alassane Ouattara pour résoudre le problème, mais celles-ci ont été interrompues sans explication claire. Des conflits frontaliers sont fréquents entre les deux pays, avec récemment l’arrestation de deux gendarmes au Burkina Faso et de deux soldats burkinabè en Côte d’Ivoire, une situation que le chef de la junte a minimisée en qualifiant ces incidents de « mineurs ».

Quant à la résolution des conflits, le capitaine Traoré estime que c’est à la partie ivoirienne de prendre l’initiative.

What Next?

Recent Articles