07162018Headline:

Abidjan: Il agresse une dame à l’aube et se fait tuer à Abobo

Chopé, un individu n’a pas du tout eu le temps de regretter l’acte de banditisme, qu’il venait de commettre. Une foule sur les dents, qui ne lui en a pas donné l’occasion, l’a envoyé, ad patres. La scène se passe à Abobo et nous sommes aux premières heures matinales, du samedi 16 juin 2018.

Ce jour-là, exposent nos sources, aux alentours de 5h du matin, une dame sort de chez elle, à Abobo-Derrière rails, et s’emploie à gagner la voie principale. Elle entend certainement emprunter un véhicule de transport en commun, en vue de se rendre sur son lieu d’activité. Mais alors qu’elle est en chemin, un individu d’une trentaine d’années, sorti de nulle part dans cette pénombre, se dresse tout d’un coup devant elle. Et du couteau qu’il tient dans la main, le malfrat tient la dame en respect, avant de tenter de lui arracher son sac.

La femme se met alors à appeler à l’aide. C’est de cet appel de détresse que viendra le malheur de l’agresseur. En effet, d’autres passants qui perçoivent les appels au secours de la pauvre femme, accourent. Ils sont nombreux . Les voyant, le quidam lâche prise et détale. Une meute d’individus sur les dents se lancent à ses trousses. Très rapides, les poursuivants réduisent considérablement la distance qui les sépare avec le fuyard. Au point de l’appréhender, peu après.

Et comme on l’a dit, carrément sur les dents, les poursuivants ne cherchent guère à conduire le présumé voyou, à la police. Sur place, ils décident de la sentence. Il est donc arrêté, un terrible châtiment. Le voyou est ainsi sauvagement battu, jusqu’à ce que sa mort survienne. Après l’avoir exécuté, les bourreaux s’évaporent dans la nature. Tranquillement. Certainement la conscience légère, avec le sentiment d’avoir fait du bon travail.

Alertés les instants suivants, des éléments de la police se rendent sur place et procèdent à un constat d’usage. Puis, le mort délesté de sa paire de chaussures par ceux qui l’ont exécuté, est transféré à la morgue, par les services des pompes funèbres. Ainsi se termine son parcours sur terre. Violemment et tristement.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment