05242018Headline:

Aboisso : Cuisiné par le juge, le faux collaborateur d’Ange Kessi évoque des troubles d’épilepsie, il est condamné à 12 mois de prison

On en sait un peu plus sur le dénouement de l’affaire du faux collaborateur du commissaire du gouvernement Ange Kessi. Le faussaire qui s’était présenté à la police de Noé comme étant un élément du Bataillon d’artillerie sol-sol détaché auprès du tribunal militaire, a laissé entendre qu’il a été mis en mission au moment des faits par le magistrat militaire. Peu convaincue de son récit, la police de l’immigration de la bourgade frontalière de Noé l’a mis aux arrêts et déféré devant le parquet d’Aboisso. A l’issue des débats de l’audience en correctionnel de ce jeudi 26 avril, Alimagni Dokpo Raoul, cosméticien de 42 ans, puisque c’est de lui qu’il s’agit, résidant dans la localité de Bondoukou, a été reconnu coupable des faits d’usurpation de titre. Faits prévus et punis par les articles 307, 308 et 312 du code pénal. Par conséquent, il a écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 mois fermes.

Interrogé par les magistrats, à la barre, le prévenu pour se disculper, a débité un discours qui n’a pas ému le parquetier et le juge qui a présidé l’audience. Questionné sur la gravité de son acte contre une haute autorité judiciaire, Alimagni Dokpo Raoul prétexte qu’il souffre de troubles d’épilepsie après avoir reçu un choc à la tête. Toute chose, selon ses dires, qui le pousse à commettre des bévues et autres actes non contrôlés. Manque de pot pour lui, le tribunal insensible à ces alibis mal ficelés, lui a infligé une sanction exemplaire.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment