05252024Headline:

Guerre à Gaza : Le gouvernement du hamas accepte une proposition de trêve à Gaza, Israël et Washington l’examine

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a dit lundi soir avoir accepté une proposition de trêve, après le début d’une opération israélienne d’évacuation de dizaines de milliers de personnes de Rafah, à la lisière sud de la bande de Gaza assiégée.

Après l’annonce du gouvernement du Hamas, l’armée israélienne a mené d’intenses bombardements sur l’est de la ville surpeuplée de Rafah, d’où les habitants avaient été exhortés à partir. L’évacuation doit préparer le terrain, selon Israël, à une opération militaire terrestre Rafah, à laquelle s’opposent de nombreux pays, dont les Etats-Unis, principal allié d’Israël, et organisations internationales.

Selon un communiqué publié sur son site, le Hamas a indiqué avoir informé l’Egypte et le Qatar, pays médiateurs avec les Etats-Unis, qu’il avait « approuvé leur proposition d’accord de cessez-le-feu » avec Israël dans la bande de Gaza, dévastée par sept mois de guerre. Un responsable israélien a dit qu’Israël examinait la proposition acceptée par le Hamas. “Ce n’est pas le cadre dont nous avions convenu”, a-t-il précisé. Les Etats-Unis ont aussi dit qu’ils examinaient le texte.

Des négociations indirectes menées par le Qatar, les Etats-Unis et l’Egypte, visant à arracher une trêve associée à la libération d’otages retenus à Gaza en échange de prisonniers palestiniens, avaient débuté samedi au Caire mais s’étaient achevées dimanche sans avancée.
Selon un haut responsable du Hamas, Khalil al-Hayya, l’accord comprend trois phases, chacune d’une durée de 42 jours, et inclut un retrait israélien complet de la bande de Gaza, le retour des déplacés et un échange d’otages toujours retenus à Gaza et de prisonniers palestiniens détenus par Israël, dans le but d’un “cessez-le-feu permanent”.

“Israël va vraisemblablement dire que ce n’est pas la proposition qu’il avait accepté, mais parce que le Hamas a dit +oui+, cela va accroître la pression sur Israël (…) pour conclure un accord”, estime Mairav Zonszein, analyste pour l’International Crisis Group (ICG). Après l’annonce de la réponse du Hamas à la proposition de trêve, Rafah, devenue un refuge pour plus d’un million de personnes dont une majorité de déplacés, était le théâtre lundi soir de scènes de joie et de tirs en l’air.

What Next?

Recent Articles