03262017Headline:

Côte d’Ivoire-Présidentielle 2015- Voici la date officielle et définitive de l’ élection

bruno conseil des ministres

Le premier tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, cruciale pour la stabilisation du pays qui a connu une décennie de crise politico-militaire, a été fixé officiellement à une nouvelle date, a annoncé aujourd’hui le gouvernement.

“Le collège électoral de la République de Côte d’Ivoire est convoqué le dimanche 25 octobre 2015 en vue de procéder à l’élection du président de la République”, selon un décret adopté en conseil des ministres confirmant la date évoquée par les autorités depuis plusieurs mois.

“Le scrutin sera ouvert à 7 heures (GMT et heure locale) et clos le même dimanche 25 octobre 2015 à 17 heures”, poursuit le communiqué, soulignant que “tout sera mis en oeuvre pour que cette date soit tenue”.

Plus de 300.000 nouveaux électeurs (un nombre bien inférieur aux prévisions) se sont inscrits sur les listes électorales en vue de la présidentielle dont le chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession, est le grand favori.

Au total, la liste électorale définitive, dont la publication est attendue fin août, “devrait comporter 6,2 millions d’électeurs environ”. Alors que 5,7 millions de personnes étaient inscrites sur les listes électorales du scrutin de 2010 – 4,6 millions avaient voté -, le dernier recensement de la population, effectué en 2014, faisait état de 8 à 9 millions de majeurs. Soit 2,3 à 3,3 millions de nouveaux électeurs potentiels.

La Commission électorale indépendante (CEI), en charge de l’organisation du scrutin, a ouvert lundi, pour une durée de trois semaines, l’inscription des candidatures à la présidentielle ivoirienne. Cette liste devra être définitivement validée par le Conseil constitutionnel.

La Côte d’Ivoire vivra en octobre une élection cruciale pour la stabilisation du pays, après la crise post-électorale de 2010-2011, épilogue sanglant d’une décennie de crise politico-militaire.

En 2010-2011, plus de 3.000 Ivoiriens étaient morts en cinq mois de violences causées par le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010.

A’D.
*Avec APA

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment