02032023Headline:

ETAT UNIS: Un mur de la frontière en centenaire sera démonté

Le projet, censé endiguer le flot de migrants traversant illégalement la frontière, a coûté au contribuable 90 millions de dollars. La nouvelle du démantèlement est tombée mercredi. Doug Ducey, qui doit quitter ses fonctions en début d’année prochaine, se retrouve donc avec l’obligation de faire le grand ménage: l’accord, conclu avec les autorités fédérales, mentionne en effet que son administration doit retirer avant le 4 janvier «les conteneurs maritimes et les équipements associés, matériels, véhicules et autres objets des terrains appartenant aux États-Unis dans la forêt nationale de Coronado»

L’Arizona partage environ 600 km de frontière avec le Mexique, pays par lequel transitent, chaque mois, des milliers de migrants venus d’Amérique centrale ou des Caraïbes, en quête d’un avenir meilleur aux États-Unis. Avant 2017 et l’arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, qui avait fait de l’immigration illégale un de ses principaux thèmes de campagne, la frontière dans cette région n’était pas tellement visible. Elle consistait en une simple clôture en fil de fer barbelé avec des poteaux en bois au milieu des cactus.

Trump, furent construites de longues portions d’un mur moderne, d’environ 9 mètres de haut, mais sans relier la côte ouest au golfe du Mexique. Et la frontière reste poreuse, terrain de jeu de passeurs qui en connaissent bien les failles.

Russ Mc Spa den considère que le mur de Doug Ducey est un «artifice politique» destiné à le faire passer pour un responsable ferme sur le dossier de l’immigration et qui, de surcroît, pourrait se retourner contre son successeur, la démocrate Katie Hobbs, qui va se voir reprocher de «rouvrir la frontière»

Comments

comments

What Next?

Related Articles