05262024Headline:

INFPA : L’ensemble des 11 établissements fermés, le ministre disponible à trouver une issue heureuse…

Après la fermeture de l’ensemble des 11 établissements de l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA), quelques élèves de l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA) ont procédé à une marche de protestation, le lundi 22 avril 2024, dans la commune du Plateau.

En effet cette marche des étudiants de l’INFPA fait suite à la décision de suppression du concours de recrutement organisé par le Ministère d’Etat, Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration. Le communiqué du ministère d’Etat, ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Productions vivrières révèle que « le mardi 16 avril 2024, les activités de l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA) ont été perturbées par les agissements d’un groupe d’élèves qui se réclament d’un Mouvement National dénommé (MNE)’’.

Ce communiqué précise que ‘’Leur revendication porte sur la suppression du concours de recrutement organisé par le Ministère d’Etat, Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration. L’INFPA en tant que structure de formation Professionnelle Agricole assure, depuis sa création par voie de concours, jusqu’à ce jour, la formation des auditeurs aux métiers de l’Agriculture, l’élevage, l’Aquaculture. La formation est qualifiante et diplômante dans les métiers suscités ».

De plus, il explique que l’accès à la formation dans l’école se fait par voie de concours. Avec l’ouverture du concours d’entrée à l’INFPA qui se fait par un arrêté signé par M. le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et des Productions Vivrières, qui en son article 9 précise que « le diplôme délivré à la fin de la formation à l’INFPA ne donne pas droit à un recrutement systématique à la Fonction Publique ». Il précise qu’après admission, chaque élève remplit, signe et fait légaliser un engagement dans lequel il déclare sur l’honneur « se prendre en charge après la formation, conformément à un projet qu’il porte et le lieu de mise en œuvre de son projet ».

Le ministère ajoute que dans la dernière semaine du mois de février 2024, il a été rapporté des velléités de boycott des examens partiels qui devraient se tenir du 16 au 19 avril 2024. Aussitôt informée de la situation, la direction de l’école a engagé une tournée dans les établissements pour leur rappeler les engagements qu’ils ont pris avant d’intégrer l’INFPA.

Mais le lundi 08 avril 2024, les mêmes acteurs ont relancé leur mot d’ordre de boycott des cours et des examens. Sans attendre, le mardi 09 avril 2024, la Direction de l’INFPA a rencontré les élèves dans les amphithéâtres de l’Ecole Régionale d’Agriculture du Sud (ERA SUD) et de l’Ecole de Spécialisation en Elevage et Métiers de la Viande (ESEMV) de Bingerville, pour sensibiliser les apprenants et prôner l’apaisement. Les 12 et 15 avril 2024, la Direction de l’INFPA a rencontré une nouvelle fois les élèves pour les inviter à reprendre les cours et à se préparer à prendre part aux examens.

Malheureusement, ils ont refusé d’entendre raison et le mardi 16 avril 2024, date de la tenue des examens partiels, des groupes d’élèves se sont rendus dans les centres de composition pour empêcher le déroulement normal des examens, en séquestrant leurs camarades qui ont décidé de composer ; en jetant des excréments humains dans les salles de composition (Jacqueville) ; en cassant des table-bancs à Touba et Bouaflé ; en déchirant les listes et les fiches de table ; en proférant des injures aux autorités préfectorales qui se sont rendues sur les lieux de composition pour appeler au calme. C’est le cas à Touba, à Jacqueville et à Bingerville) ; en détruisant et en emportant le matériel de production de la ferme pédagogique de l’Ecole de Spécialisation en Pisciculture et Pêche en Eaux Continentales (ESPPEC) de Tiebissou.

Face à la violence, à la radicalisation et aux agissements peu orthodoxes des élèves, l’ensemble des 11 établissements ont été fermés.
Face à la violence, à la radicalisation et aux agissements peu orthodoxes des élèves gréviste, l’administration, sur instruction du Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture du Développement Rural et des Productions Vivrières (MEMINADERPV) a décidé à travers une note de service datant du 16 avril 2024 de la fermeture de l’ensemble des 11 établissements (salles de classe, dortoirs, et des réfectoires), et de la mise en congé de tous les élèves à compter du 17 avril 2024. Mais, 48 heures après la prise de la décision, la quasi-totalité des élèves ont quitté leur établissement sauf ceux des écoles de Bingerville qui ont refusé de façon radicale de respecter la décision des autorités.C’est dans ces conditions que le samedi 19 avril 2024, les forces de sécurité ont été sollicitées pour libérer les établissements sans heurt. De ce fait, le lundi 22 avril 2024, un groupe d’élèves a tenté une marche à la CAISTAB, où sont logés les bureaux des Ministres en charge de l’Agriculture et des Ressources Animales et Halieutiques.

What Next?

Recent Articles